Fête nationale: des masques fleurdelisés à la place du défilé

Pour chaque masque vendu, un autre sera remis gratuitement à un organisme communautaire.

À cause de la pandémie de coronavirus, le traditionnel défilé de la Fête nationale ne pourra se tenir, le 24 juin. Dans ce contexte toutefois, les citoyens sont invités à porter un couvre-visage avec fleur de lys.

C’est la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal qui vient de lancer une campagne de vente de masques fleurdelisés, pour souligner à sa façon la Fête nationale, en l’absence de rassemblement.

“Rien ne saurait remplacer le défilé”, a lancé Maxime Laporte, président général de la SSJB-M, en entrevue lundi.


“C’est une initiative parmi d’autres. Des annonces seront faites dans les prochaines semaines (concernant d’autres activités pour la Fête nationale)”, a-t-il ajouté.

Quatre modèles de masque sont disponibles en bleu et blanc, comme le drapeau, avec une fleur de lys plus ou moins discrète, au coût de 14,95 $, plus frais de poste, le cas échéant.

Les intéressés peuvent se les procurer sur le site de la campagne baptisée “Le lys contre-attaque”, soit lelyscontreattaque.quebec. Deux points de cueillette sont aussi offerts, à Longueuil et à la Maison Ludger-Duvernay, au centre-ville de Montréal sur la rue Sherbrooke.

“On trouvait que c’était une idée forte, rassembleuse, intéressante, emballante. C’est une façon d’afficher nos couleurs, notre fierté. On est tous ensemble dans cette galère”, a commenté M. Laporte.

Aucun profit ne sera conservé par la Société Saint-Jean-Baptiste, qui est habituellement le fer de lance des activités de la Fête nationale.

Les profits générés par la vente des masques permettront d’en confectionner d’autres, qui seront ensuite distribués gratuitement par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal à des organismes communautaires, en itinérance ou en sécurité alimentaire, par exemple, a-t-il expliqué.

La conception et la fabrication des masques ont été réalisées en partenariat avec une entreprise québécoise, ImageFolie, de Longueuil. “Elle travaille à partir de textiles tissés au Québec”, a relevé M. Laporte. Les partenaires soulignent que le tissu 100 pour cent polyester serait antimicrobien.