NOUVELLES
31/10/2020 11:09 EDT

Une fête d'Halloween toute particulière en cette année... maléfique

La récolte de friandises par des milliers d’enfants prendra une signification spéciale avant une saison froide qui s’annonce longue sans rassemblements familiaux ou amicaux.

Natalia Kuzina via Getty Images

MONTRÉAL — La fête de l’Halloween ne ressemblera pas tout à fait aux précédentes en 2020.

Dans le contexte de pandémie actuel, la récolte de diverses friandises par des milliers d’enfants prendra une signification particulière avant une saison froide qui s’annonce longue sans rassemblements familiaux ou amicaux.

Si le premier ministre François Legault et le directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda, ont donné le feu vert à la traditionnelle collecte de bonbons à l’extérieur dans les quartiers résidentiels, l’évènement sera toutefois marqué par les consignes sanitaires à respecter pour éviter de propager davantage la COVID-19.

Les services de police ont rapidement ajusté leurs consignes pour rendre l’évènement plus sécuritaire, comme à Sherbrooke où l’on recommande de limiter le circuit à son quartier résidentiel, entre 16 h 30 et 20 h 30, sans entrer dans les maisons et en respectant une distance de deux mètres avec les autres familles. Les friandises récoltées doivent être mises en quarantaine au moins 24 heures avant de les consommer.

L’affiche du gouvernement du Québec qui accompagnait le communiqué de presse du Service de police de la Ville de Sherbrooke demandait aussi aux enfants de s’abstenir de chanter à proximité des autres.

À la Direction de la police de Trois-Rivières (DPTR), les consignes sont similaires, sans préciser l’heure de la cueillette ni l’interdiction de chanter. Les enfants sont cependant invités à porter un couvre-visage.

Là aussi, les policiers seront bien visibles pour inciter les automobilistes à ralentir, mais aussi pour rappeler les consignes sanitaires aux familles qui ont choisi d’effectuer cette sortie en famille.

«Ce n’est pas entre amis, la santé publique a mentionné que ce sont juste les membres qui résident à la même adresse qui peuvent circuler ensemble», a rappelé l’agente Michèle Loranger en entrevue à La Presse Canadienne.

Bien que l’esprit soit à la fête, elle souligne toutefois que les policiers ne se gêneront pas pour donner des contraventions, si c’est vraiment nécessaire.

«On va rappeler les consignes, mais si l’on voit que les gens ne collaborent pas ou refusent de se conformer, malheureusement on peut aussi émettre un constat d’infraction. Les mineurs peuvent recevoir des constats de 560$, mais les adultes c’est 1546$ qui va s’appliquer», précise la porte-parole de la police de Trois-Rivières.

Quant aux adultes, voire aux adolescents, qui seront tentés de faire fi des consignes du gouvernement en organisant des fêtes costumées, les policiers seront beaucoup moins tolérants.

«On va quand même être vigilants sur les appels qu’on va recevoir s’il y a des partys d’Halloween dans des résidences. On va intervenir. On va aller vérifier l’endroit puis sensibiliser les gens, mais si toutefois ils ne collaborent pas, ils peuvent aussi recevoir des constats d’infraction», affirme l’agente Loranger.

«Mais rassurez -vous, on ne fera pas de chasse aux sorcières (rires)», précise-t-elle afin d’alléger l’ambiance.

Enfin, pandémie ou non, les consignes d’usage s’appliquent toujours aux petits monstres, princesses et autres personnages qui sillonneront les rues de nos quartiers.

«On conseille aux enfants de porter des vêtements de couleur claire avec des bandes réfléchissantes pour être plus visibles. Si c’est en soirée, apportez aussi une petite lampe de poche pour être plus visibles pour les automobilistes et essayez que les vêtements ne soient pas trop longs pour éviter qu’ils trébuchent», rappelle enfin Mme Loranger.

À VOIR AUSSI: À Manchester, des frissons en «drive-in» pour célébrer Halloween à distance