DIVERTISSEMENT
22/08/2018 18:11 EDT | Actualisé 22/08/2018 18:11 EDT

Le Festival de cinéma de la ville de Québec en offre pour tous les goûts pour sa 8e édition

Les grands d'ici et d'ailleurs seront réunis sur les écrans de la capitale.

Pour sa 8e édition qui se déroulera du 13 au 22 septembre, le Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) va rendre hommage à deux monuments de la scène culturelle québécoise, André Forcier et Pauline Julien. Également au programme: pas moins de 200 films et la venue de Colin Cantwell, designer de vaisseaux pour Star Wars.

André Forcier sera à l'honneur avec la présentation, en avant-première, du documentaire de Jean-Marc E. Roy, Des histoires inventées, retraçant la brillante carrière du cinéaste. L'éternel enfant terrible du cinéma québécois sera également à Québec pour la projection de deux de ses chefs d'œuvre, Bar salon et Une histoire inventée.

«On n'est pas le premier festival à faire quelque chose pour Forcier, mais c'est important de le faire. C'est un cinéaste majeur. Oui, il fait ses coups de gueule, mais ses films occupent une place importante dans notre cinéma», a confié le directeur général et artistique du FCVQ, Ian Gailer, au HuffPost Québec. «Le film de Jean-Marc E. Roy est un beau docu-fiction qui s'introduit dans chacun de ses univers avec les comédiens qui ont joué dans ses films et avec Forcier, au centre, qui raconte sa vision du cinéma.»

La pasionaria de la chanson québécoise à l'honneur

De son côté, la réalisatrice Pascale Ferland viendra présenter Pauline Julien, intime et politique, un portrait consacré à la pasionaria de la chanson québécoise, connue pour avoir défendu la cause de l'indépendance politique du Québec. «C'est un portrait de l'artiste, mais aussi de la militante politique», a souligné Ian Gailer au sujet de ce documentaire réalisé en collaboration avec l'ONF, 20 ans après la disparition de Pauline Julien, le 1er octobre 1998. «Ça va être assez spécial de présenter ce film à Québec, une année d'élection.»

Au total, 200 films, dont une soixantaine de longs-métrage, sont programmés au FCVQ. Outre La disparition des lucioles, le 3e film Sébastien Pilote avec Karelle Tremblay, Luc Picard et Pierre-Luc Brillant, présenté en ouverture du festival, d'autres films québécois sont très attendus. C'est le cas du nouveau long de Maxime Giroux, The Great Darkened Days, mettant en vedette Martin Dubreuil et Romain Duris, et du drame de Geneviève Dulude-De Celles, Une colonie, avec la jeune comédienne québécoise Émilie Bierre (vue dans Les Beaux Malaises et L'Échappée).

Autre événement: la venue au FCVQ d'un certain Colin Cantwell. Déjà gâtés avec la projection en formule CinéConcert du classique de Fritz Lang, Metropolis, les amateurs de science-fiction pourront rencontrer à Québec l'artiste qui a dessiné, dans les années 70, quelques-uns des vaisseaux les plus mythiques de la saga Star Wars, tels le Faucon Millenium ou le X-Wing. «C'est une chance unique pour les cinéphiles comme pour les geeks de parler avec quelqu'un qui a créé tout un univers, et travaillé sur d'autres films comme 2001, l'odyssée de l'espace», a indiqué Ian Gailer.

Pour tous les goûts

Le directeur général et artistique du festival a ajouté vouloir offrir «le plus large spectre possible» en touchant au cinéma d'auteur comme au cinéma populaire. «C'est pas parce que tu raffoles du bœuf AAA que tu peux pas avoir envie d'un bon pogo», a commenté Ian Gailer. Cette année encore, il y en aura donc pour tous les goûts au FCVQ, du drame intimiste Gueule d'ange de Vanessa Filho avec Marion Cotillard, présenté à Cannes dans la section Un certain regard, au film français de zombies, La nuit a dévoré le monde.

«Ce que j'aime dans ce festival, c'est qu'il propose un grand rassemblement autour du cinéma», a confié au HuffPost Québec l'actrice Charlotte Aubin, membre du jury de la compétition du FCVQ, dans la catégorie des courts-métrages. «C'est un événement qui pousse les gens à aller dans les salles de cinéma pour vivre de vraies expériences. Je trouve ça très précieux.»

Membre du jury dans la catégorie des longs-métrages canadiens, Christian Bégin a souligné, de son côté, l'importance pour une ville comme Québec d'avoir son festival de cinéma. «Québec est surtout connue pour être une ville de théâtre», a rappelé l'animateur et comédien québécois. «Donc, c'est bien de voir Québec s'imposer de plus en plus dans le circuit des festivals de cinéma, de voir le FCVQ devenir un rendez-vous de plus en plus incontournable.»

Pour retrouver l'intégralité de la programmation du Festival de cinéma de la ville de Québec: www.fcvq.ca.