DIVERTISSEMENT
19/07/2019 14:24 EDT | Actualisé 19/07/2019 14:25 EDT

Quatre sentiments qui décrivent bien la première journée du Festif!

Les organisateurs avaient réservé quelques surprises aux festivaliers.

Une journée appartient déjà au passé dans cette 10e édition du Festif! de Baie-Saint-Paul et les attentes furent largement comblées.

Le jeudi se veut toujours une journée de hors-d’oeuvre puisque les spectacles commencent un peu plus tard et qu’il n’y a pas de concert de la série des «Imprévisibles». 

L’offre était tout de même très vaste si bien qu’il fallût malheureusement faire quelques choix déchirants. Mais, c’est ça la vie de festival, direz-vous, et vous avez bien raison!

Voici un résumé en quatre sentiments parmi les quelques centaines ressentis durant cette bonne soirée de musique en tous genres.

SURPRISE

Pas d’«Imprévisibles», pas de surprises? Ce serait mal connaître les organisateurs du Festif!. 

C’est Chromeo qui avait le mandat de clore ce jeudi soir sur la scène principale du festival. Après que les quatre gars (on vous explique plus tard ce qui est arrivé au cinquième) de Qualité Motel eussent déguerpi en nous laissant sur Alegría, on devait patienter une vingtaine de minutes avant de voir le duo montréalais.

Mais ce n’était pas le temps d’aller se chercher une bière ou d’aller s’agglutiner en ligne pour une toilette chimique parce que l’intermède était assuré par Naya Ali. Du haut des marches métalliques qui longent le bâtiment à gauche de la scène, la prometteuse rappeuse a interprété quelques chansons.

Jay Kearney
Naya Ali et son DJ étaient juchés bien haut pour cette prestation express.

La talentueuse artiste a de nouveau prouvé qu’elle n’a rien à envier aux grandes rappeuses internationales et son avenir semble rose si elle joue bien ses cartes.

Avec cette courte prestation, elle a certainement convaincu quelques festivaliers de se rendre à son spectacle complet qui avait lieu un plus tard en soirée. 

L’autre belle surprise que réservait le Festif! était au Hangar-29. Safia Nolin, armée de sa guitare, a comblé les festivaliers près du feu de camp. C’est l’anniversaire du Festif!, mais c’est lui qui distribue les cadeaux.

ENCHANTEMENT

L’un des spectacles les plus convoités de cette édition du Festif! était la prestation de la pianiste Alexandra Stréliski.

Le festival nous conviait au Jardin de François, un site jamais exploité jusqu’à présent par l’événement. Des flambeaux guidaient les gens sur le pavé jusqu’à l’endroit où le piano à queue avait été installé.

Galerie photo Jour 1 du Festif! 2019 Voyez les images

Située sur une plateforme au-dessus de l’eau, la compositrice montréalaise, qui a avoué être sous les effets du décalage horaire, a joué des morceaux de son plus récent album Inscape ainsi que quelques pièces de son opus précédent, Pianoscope.

Les effets lumineux et les mélodies envoûtantes ont complètement séduit la foule qui demeurait très silencieuse, trop même au goût de la pianiste. Mais personne ne voulait déranger la virtuose qui ne cesse de nous charmer par sa personnalité attachante et sa capacité à nous amener dans son imaginaire avec sa musique.

JUBILATION

Un sentiment qui revenait souvent en cette première journée, c’était le pur et simple bonheur d’être enfin au Festif!. «Maudit que je suis content(e) d’être à Baie-Saint-Paul» a été entendu au moins 2843 fois.

Devenu un incontournable parmi les festivals québécois en région, le Festif! a réussi à fidéliser une clientèle qui revient année après année. 

Les organisateurs connaissent bien les goûts de leurs festivaliers et avaient concocté une programmation pour que les gens se déhanchent en ce jeudi. C’est Les Louanges qui commençait le bal, lui qui fait partie de la courte liste pour le Prix Polaris pour son album La nuit est une panthère. Vincent Roberge, qui n’est âgé que de 23 ans, et sa bande nous ont fait monter à bord de leur Tercel ’96 (pièce que la foule connaissait presque par coeur d’ailleurs) pour une arrivée tout en douceur à Baie-Saint-Paul

Les gars de Qualité Motel (qui sont aussi les gars de Valaire) ont ensuite brassé la cabane. Qualité Motel, c’est un «DJ set» de luxe, il faut se le dire. En plus d’aligner les chansons de leur récent album C’est pas la qualité qui compte, les Sherbrookois ont envoyé bon nombre de succès québécois à la foule qui en redemandait.

Tour à tour, les milliers de personnes présentes ont chanté les refrains de I think of you de Gregory Charles, Party de gars de Mixmania, Parce qu’on vient de loin de Corneille et Sauvez mon âme de Luc De Larochellière qui était d’ailleurs en spectacle un peu plus tôt dans la journée dans le cadre du festival.

Jay Kearney
C'était un véritable party dans la foule pendant Qualité Motel.

Le refrain de la chanson Basilic (C’est pas du romarin, c’est du basilic) a été le moment fort du spectacle, peut-être même trop fort au goût de l’un des membres du groupe. À un moment, on se rend compte que le quintette n’est maintenant plus qu’un quatuor. 

«Drouin s’est pété la cheville solide», lance un des quatre membres restants de Qualité Motel. On souhaite un prompt rétablissement à Jonathan Drouin (ce n’est pas celui du Canadien, ne vous inquiétez pas les amateurs de hockey). 

Il y a peut-être eu d’autres blessures ailleurs sur les sites du Festif! puisque ça bougeait beaucoup devant Dead Obies, notamment sur la pièce Tony Hawk, un classique du groupe de rap québécois.

ÉPUISEMENT

Les amateurs de spectacles de fin de soirée sont comblés au Festif! puisque chaque nuit à 2h, le curé Armand Bégin accueille des artistes devant son garage.

C’est le groupe féminin Nobro qui concluait cette première journée de la 10e édition du festival. Le rock des quatre Montréalaises n’avait rien de doux et on a même pu apercevoir quelques personnes faire du bodysurfing. Bravo aux gens qui avaient encore de l’énergie à 2h30 du matin pour les transporter au bout de leurs bras.

Après ce défoulement collectif qui permettait de se réchauffer dans cette nuit froide, c’était l’heure d’aller recharger les batteries avec quelques heures de sommeil avant de nouvelles péripéties.

Le Festif! se poursuit jusqu’au 21 juillet. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site Internet du festival.