DIVERTISSEMENT
09/07/2019 07:49 EDT

Festival d’été de Québec: Slipknot, intense et explosif

Une soirée explosive forte en décibels.

HuffPost Québec

Le soleil qui se couchait doucement derrière le ciel passant du rose au violet aurait pu laisser présager un lundi soir doux et romantique. Il n’en fut rien alors que la pénombre nouvelle a laissé place à une orgie d’effets pyrotechniques, de lasers et de traits lumineux venant avec l’arrivée du groupe Slipknot sur la scène Bell du Festival d’été de Québec.

Une soirée qui faisait trépider d’impatience les amateurs de nu métal - vêtus de noir ou costumés et masqués à l’instar des membres de leur groupe fétiche - regroupés sur les plaines d’Abraham. Retour sur une soirée explosive forte en décibels.

Férocement en forme

On nous avait promis des effets pyrotechniques comme on n’en avait encore jamais vu au Festival d’été de Québec et on a tenu promesse; quasi chaque pièce livrée par la formation originaire de l’Iowa était agrémentée de lancées de pétards, de fumée ou de jets de flammes. Pas mal pour une première présence au Québec depuis 2016 et une toute première en Amérique du Nord en 2019 pour Corey Taylor, Shawn Crahan et leur bande. 

En amorçant le spectacle avec la pièce People=Shit, livrée devant le long écran passant du jaune au rouge, et en crachant dès le départ une suite de flammes, le groupe a donné le ton à cette soirée qui a dû réveiller les résidents habitant bien au-delà du centre-ville de Québec. 

Galerie photo FEQ: Slipknot Voyez les images

Quel était le plaisir de Corey Taylor, vêtu d’un long manteau sombre et assidûment masqué? Inciter la foule - qui ne demandait que cela - à crier pendant la chanson Sic comme tout au long du concert. 

«Merci, merci, merci beaucoup, comment ça va? C’est bon?» a lancé le chanteur en français à la foule transformée en marée de poings levés. «C’est si f*cking bon d’être de retour à Québec, l’une des f*cking meilleures villes au monde», a-t-il poursuivi en anglais. Chacune des interactions du membre principal de Slipknot allait ainsi être fort parsemée du fameux f-word anglais...

Grimpés ou au pied des larges blocs changeant de couleur sur la scène, les huit membres du groupe fondé en 1995 n’ont pas déçu leurs fans avec leurs prestations sombres et théâtrales, leurs personnages pourvus de leurs masques mythiques (un clown, un masque à longs clous et un masque de hockey entre autres macabres déguisements) et leur grisante énergie. 

«Jésus Christ, il y a beaucoup de gens ici ce soir. Tout le monde va bien? Je suis presque inquiet pour la prochaine pièce, mais tant pis, si on va en enfer, aussi bien y aller tous ensemble», a lancé Taylor avant de chanter The Heretic Anthem tiré de l’album Iowa. Si heureusement rien de malencontreux n’est survenu à ce moment, la pièce a assurément fait lever bien de la poussière sous les pieds des festivaliers incapables de rester en place. 

«L’une des choses que nous aimons le plus du Canada est cette passion que vous avez pour la musique», a confié le chanteur en acceptant le drapeau du Québec offert par un fan, lui assurant qu’il allait le rapporter à la maison. 

L’artiste a aussi pris un moment pour faire une promesse à sa foule de fidèles admirateurs: celle de revenir rapidement les voir à Québec. 

«Ce que nous avons ici est une famille, a-t-il ajouté. Il y a des gens dans ce monde qui veulent nous diviser, mais je vous assure que jamais ils n’y parviendront, aussi longtemps que vous veillez sur moi et que je veille sur vous!» a-t-il crié à la foule en délire. Juste avant de faire tout exploser dès les premières notes de la pièce All Out Life, puis celles de l’enflammée Duality

«Merci beaucoup, je t’aime», a déclaré d’une voix étrangement douce celui que l’on surnomme The Sickness. Fidèle à son habitude, le performeur a sommé la foule de s’accroupir et d’attendre son signal pour se relever d’un bond, sauter et danser, cette fois sur la chanson Spit it Out.  

C’est la pièce Surfacing qui a conclu ce spectacle aussi unique qu’audacieux; du moins pour un événement comme le Festival d’été de Québec généralement considéré «grand public». Le tout sous une tonne de décibels, de projections psychédéliques écarlates et d’encore plus de flammes, évidemment. 

-Le Festival d’été de Québec se poursuit jusqu’au 14 juillet prochain. Pour consulter la programmation : https://www.feq.ca/

À VOIR: une autre édition réussie pour le Hellfest