Sept femmes nous parlent de leur orgasme le plus mémorable

De la masturbation aux relations inédites, ces expériences racontent le plaisir féminin sous toutes ses formes.
Sept femmes nous parlent de leur orgasme le plus mémorable: "Une sensation absolument hallucinante"
Sept femmes nous parlent de leur orgasme le plus mémorable: "Une sensation absolument hallucinante"

SEXE - L’orgasme, un moment de lâcher prise. Que ce soit pendant une pénétration, des préliminaires, ou en se masturbant, l’orgasme n’est pas si facile à atteindre chez les femmes. Selon un sondage français Ifop de 2019, 78% des Françaises hétérosexuelles interrogées révélaient avoir eu des difficultés à connaître ce moment de plaisir intense.

Pourtant, il existe tellement de façon de l’atteindre, et certaines l’ont bien compris. Si l’orgasme peut mettre du temps à venir, ça ne signifie pas qu’il ne sera pas à la hauteur de notre envie.

Sept femmes racontent alors au HuffPost leur orgasme le plus mémorable.

Se masturber autrement

“J’ai connu mon orgasme le plus mémorable après m’être fait de grosses séances de visionnage de la série “Sex Education”. J’ai regardé les saisons une et deux à la suite. On y voit notamment deux femmes qui découvrent que le fait de se masturber sur le ventre mène à un orgasme extraordinaire.”

“Je n’y avais jamais pensé avant, alors je me suis accordée un petit moment, je me suis fixée un rendez- vous avec moi-même qui a débouché sur l’orgasme le plus mémorable que j’aie jamais eu. Je vous le conseille, mesdames.” Rachel*, 29 ans, East Sussex

Le plaisir postopératoire

“Tous les trans ont droit à la même mise en garde: après l’opération, vous risquez de ne plus jamais connaître d’orgasme, voire de perdre toute sensation à cet endroit. Il y a une certaine tension quand on recherche le premier orgasme postopératoire. Notre corps n’est plus le même, on craint de se faire mal.

Et à la moindre distraction, tout est à refaire.”

“Mais quelques tentatives et un vibromasseur sur secteur plus tard, j’y suis arrivée. Par rapport à ce qui se passait avant, c’est complètement dingue. Au cas où vous l’ignoreriez, sachez que les femmes trans mouillent, ce qui a été un immense soulagement.” Jane, 60 ans, Hertfordshire

Un moment magique

“J’ai toujours eu beaucoup de mal à atteindre l’orgasme, surtout si je suis préoccupée ou stressée. Je suis partie en vacances avec le type que je fréquentais depuis deux mois et demi. Il faisait super chaud, on avait bien mangé, bien bu et je me sentais enfin totalement détendue.”

“Il s’est mis à me lécher et ça a été vraiment magique, où l’orgasme prend possession du corps et rien d’autre ne compte. Quatre ans plus tard, je suis toujours avec lui. Donc ça a plutôt bien fonctionné.” Claire*, 28 ans, Brighton

L’éclate dans le bain

“Le plus inoubliable de mes orgasmes date d’il y a 15 ans. J’avais 18 ans et j’étais dans mon bain. Ça montait lentement, gentiment, et j’ai su que ça allait être intense et puissant. Et ça a été le cas, j’ai carrément failli m’évanouir! J’ai vu des étoiles, c’était génial, et indéniablement l’un des meilleurs de toute ma vie.”

“En même temps, une crampe très douloureuse au pied a totalement gâché la béatitude qui aurait dû suivre cette expérience de malade.” Alys, 36 ans, Londres

Sous LSD

“Le meilleur orgasme que j’aie jamais eu, c’était sous LSD. C’était une expérience sexuelle vraiment intense. Vous savez, quand on a un orgasme, ça monte, ça monte, ça monte avant d’atteindre l’extase. Mais, cette fois-là, c’est monté, monté, monté et d’un coup, ça a été totalement inattendu, une sensation hallucinante, hors du temps et de l’espace.”

“Après ça, je suis tombée dans les pommes pendant une minute. C’était vraiment incroyable. Je me rappelle avoir dit que c’était comme si j’avais vu la poésie à l’œuvre.” Michelle*, 29 ans, Suffolk

Du côté anal

“J’étais dans une relation libre avec un ami, et il me parlait de la façon dont la sodomie faisait jouir sa partenaire. Je lui ai répondu: ‘C’est des conneries, les filles n’aiment pas ça, c’est n’importe quoi.’ Je me suis montrée totalement bornée.”

“Avec mon partenaire, qui est queer lui aussi, on tentait des petites sodomies pour voir ce que ça donnait parce qu’en général c’est très douloureux, mais il a évidemment l’habitude de le faire avec des mecs. On a essayé la position où je suis au-dessus, face à lui, et au bout de cinq minutes, j’ai eu le plus gros orgasme de ma vie.”

“C’était fou! Du coup, je suis allée m’excuser auprès de mon copain pour l’avoir traité de menteur alors qu’il disait la vérité. Donc, c’est un fait, les filles peuvent atteindre l’orgasme avec leur anus, youpi.” Hannah, 32 ans, Londres

Sans les mains

“Quand je souffrais de vaginisme à cause de mon endométriose, les conséquences sur mon bien-être émotionnel ont été désastreuses, mais j’ai décidé que je ne laisserai pas cette maladie détruire ma vie
sexuelle. Je me suis mise à chercher de nouvelles façons d’atteindre l’orgasme. J’ai appris quels muscles détendre, où concentrer ma respiration et mes intentions énergétiques. Résultat: j’arrive aujourd’hui littéralement à me conduire à l’orgasme par la pensée, sans les mains. Cela veut dire aussi qu’à chaque rapport sexuel, j’ai un orgasme. À chaque rapport, les filles, et plus d’un, parfois.” Victoria, 35 ans, Birmingham

*Les noms de certaines personnes ont été modifiés pour préserver leur anonymat.

Cet article, publié sur le HuffPost britannique, a été traduit par Catherine Biros pour Fast ForWord.