NOUVELLES
15/07/2020 13:10 EDT | Actualisé 15/07/2020 14:20 EDT

COVID-19: fausses cartes d'exemption médicale pour éviter de porter un masque

De la fraude, répond la Commission canadienne des droits de la personne.

galitskaya via Getty Images
Le Protecteur du citoyen du Québec et la Commission canadienne des droits de la personne estiment que l'obligation du port du masque dans les lieux publics fermés est légitime.

Certains sont prêts à tout pour contourner l’obligation de porter le masque en public: même à acheter des cartes contrefaites alléguant des exemptions médicales. Une pratique dénoncée par la Commission canadienne des droits de la personne.

Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun et le deviendra dans tous les lieux publics fermés dès samedi, le 18 juillet. Or, cette mesure sanitaire destinée à limiter la propagation de la COVID-19 ne plaît pas à tout le monde. 

Sur les réseaux sociaux, plusieurs publications expliquent comment «refuser le port du masque lorsque l’on tentera de vous l’imposer».

La page Facebook Le Farfouineur, qui se targue d’offrir un «regard critique sur des thèmes portants sur la santé, l’alimentation et différents sujets faisants les manchettes» invoque notamment le fait que «selon les dispositions légales applicables au Canada, nous n’avons pas à révéler notre condition médicale».

«Si vous êtes mal à l’aise à l’idée de mentir sur le sujet, dites-vous bien que le gouvernement nous ment abondamment depuis des mois à propos du nombre de cas, du nombre de décès, des risques du virus, des possibilités de traitement et j’en passe», écrit l’auteur de la publication.

Des images de faux certificats d’exemptions médicales à imprimer soi-même, sur lesquels figure le logo de la Commission canadienne des droits de la personne (CCDP) ont aussi abondamment circulé au cours des derniers jours. Certains ont même poussé l’audace jusqu’à vendre des cartes contrefaites.

De la fraude, dénonce la CCDP

La Commission a publiquement dénoncé cette utilisation frauduleuse de son logo et demandé à la population de ne pas tenter d’utiliser ces «certificats».

«Ces publications sont de la fraude. La Commission n’a pas produit et ne produirait pas des affiches ou des cartes prétendant offrir une exemption du port d’un couvre-visage dans les lieux publics fermés», a déclaré une porte-parole de la CCDP à Radio-Canada, mardi.

La Commission souligne par ailleurs que l’«obligation de porter un couvre-visage ne contrevient pas aux lois en matière de droits de la personne lorsque la santé publique est en jeu».

Le Protecteur du citoyen du Québec abonde dans le même sens. Dans une déclaration publiée sur son site web mardi, l’ombudsman affirme que l’imposition du port du masque dans les lieux publics fermés est une «décision raisonnable en contexte de pandémie de la COVID-19».

Jusqu’à présent, le gouvernement a donné peu de détails sur ce qui constituerait une raison médicale valable pour être exempté de porter un masque.

Ça va être à l’appréciation du jugement.Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec

Questionné à ce sujet lors de l’annonce de la nouvelle mesure, lundi, le directeur national de la santé publique Dr Horacio Arruda a évoqué «des gens qui ont des problèmes cardiaques ou respiratoires» et qui ont «un certain âge». Il a ajouté que le fait de faire «un peu d’asthme» ne constituait pas un motif valable pour ne pas porter un masque.

«Souvent les gens ont d’autres signes dans leur façon de marcher, parce qu’ils ont une capacité pulmonaire qui est moins grande», a-t-il ajouté, soulignant que la décision d’autoriser ou non l’accès à une personne évoquant une exemption pour des raisons médicales serait laissée «à l’appréciation du jugement» des commerçants.

Le HuffPost Québec a demandé plus de détails au Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Cet article sera mis à jour lorsque nous obtiendrons une réponse.

À VOIR: Évitez la buée sur vos lunettes lorsque vous portez un masque