Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Autoroute 30: la famille d'un homme mort dans un nid-de-poule géant menacée d'expulsion

La voiture d'Ihor Horbanov, un immigrant ukrainien, a sombré dans un nid-de-poule de près de sept mètres de longueur.
Ihor Horbanov
Ihor Horbanov

La femme et les deux enfants d’un immigrant ukrainien décédé dans un accident sur l’autoroute 30 risquent l’expulsion puisque son visa de travail n’est plus valide en raison de son décès, déplore l’opposition officielle à Québec.

Ihor Horbanov a perdu la vie le 11 mars 2019 lorsque sa voiture a sombré dans un nid-de-poule mesurant près de 7 mètres de longueur et 1,6 mètre de largeur près de Contrecoeur, en Montérégie.

M. Horbanov, sa femme Hanna et leurs deux enfants étaient arrivés au Canada en 2018. Il travaillait comme machiniste.

Les libéraux pressent la nouvelle ministre de l’immigration, Nadine Girault, d’accorder un Certificat de séléction du Québec à la famille de M. Horbanov, afin qu’elle puisse demeurer dans la province.

«Je demande personnellement à la ministre de l’Immigration de faire preuve d’humanité.»

- Gaétan Barrette, porte-parole libéral en matière d'immigration

«C’est un drame sans nom, la famille de la victime n’a pas besoin de subir la menace d’expulsion en plus de la douleur qu’elle vit à cause de l’accident», a affirmé Gaétan Barrette, porte-parole libéral en matière d’immigration, par voie de communiqué vendredi.

«Je demande personnellement à la ministre de l’Immigration de faire preuve d’humanité et dès aujourd’hui, offrir le CSQ pour cette famille qui vit déjà des moments assez difficiles, ajoute-t-il. Elle en a le pouvoir, va-t-elle faire preuve de l’humanité que sa fonction demande ?»

Depuis le décès du père, la famille a perdu son accès à la couverture de la Régie de l’assurance-maladie du Québec et aux cours de francisation, souligne le parti.

Un secteur «problématique»

Le rapport du coroner Paul Dionne, publié en avril, indique que le tronçon où s’est déroulé l’accident «est problématique». Il mentionne notamment que la police avait recensé de nombreuses crevaisons dans les semaines précédant le tragique accident, dont sept pour la seule journée du 5 février.

Le ministère des Transports (MTQ) a dû intervenir plusieurs fois dans ce secteur pour des réparations à la chaussée. Des travaux d’urgence avaient été menés trois jours avant l’accident. “On savait que [la chaussée] était dangereuse depuis février 2019; on avait fait des pavements d’urgence, écrit le coroner Dionne. On a fait une réparation importante le 8 mars et on n’a pas de suivi jusqu’au moment de l’accident mortel du 11 mars.”

Il dit que les dommages à la chaussée nécessiteront jusqu’à 9,73 tonnes de remplissage.

Le coroner Dionne reconnaît que les nids-de-poule pouvaient apparaître et se détériorer rapidement et que le ministère n’avait rapporté aucun incident du 8 au 11 mars.

Le MTQ a revu la façon de compiler les interventions contre les nids-de-poule, souligne-t-il. M. Dionne recommande que «cette nouvelle approche [...] soit bien comprise par les intervenants du terrain et qu’elle soit soumise à un contrôle de qualité régulier».

«Si le suivi avait été fait correctement par le MTQ, cette famille ne serait pas dans cette situation inhumaine.»

- Pierre Arcand, porte-parole libéral en matière de transport

«Cette tragédie aurait pu être évitée», affirme quant à lui Pierre Arcand, porte-parole libéral en matière de transport dans le même communiqué. «Si le suivi avait été fait correctement par le MTQ, cette famille ne serait pas dans cette situation inhumaine actuellement.»

Le jour de l’accident, si le suivi avait été fait correctement par le MTQ, cette famille ne serait pas dans cette situation inhumaine. Le véhicule de M. Horbanov était en bon état. Il n’avait pas bu puisque l’alcoolémie a été négative. La mort a été jugée accidentelle. L’an dernier, une campagne GoFundMe en soutien à la famille avait permis d’amasser plus de 18 000$ afin de notamment leur permettre de couvrir les frais funéraires.

Le HuffPost Québec a contacté le cabinet de la ministre Girault pour obtenir sa réaction.

Avec La Presse canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.