DIVERTISSEMENT
23/01/2020 08:13 EST

«Watatatow» a appris une importante leçon à Fabien Cloutier

«J’étais peut-être plus fragile à ce moment-là, mais j’ai essayé de garder ça au moins...»

Radio-Canada

Fabien Cloutier était de passage aux Enfants de la télé, ce mercredi 22 janvier, où il a été invité à se remémorer la belle époque de sa brève participation à l’émission Watatatow, dans laquelle il tenait le rôle de Tony Tremblay.

Il s’agissait de ses débuts à la télévision, et cette première expérience lui a appris une leçon fondamentale qui lui a permis de devenir l’artiste accompli et respecté par ses pairs qu’il est aujourd’hui.

«Je me souviens que ça allait vite, on tournait une quotidienne. Et je me souviens, ce n’est pas personnel, mais je me souviens avoir été accueilli vite», a-t-il expliqué.

«Sur un plateau, on tourne 25 jours sur 30, on travaille avec les techniciens tous les jours, on connaît tout le monde. Et là, quelqu’un arrive et vient faire deux scènes. C’est intimidant. On n’a pas nécessairement voulu m’intimider, mais j’ai vraiment été intimidé.»

Depuis, Fabien Cloutier tente de faire sa part en prenant le temps de bien faire les choses et en se montrant accueillant avec les nouveaux venus et les comédiens qui ne sont que de passage sur les plateaux de tournage auxquels il participe, sachant pertinemment que ce sont «les gigs les plus difficiles» pour un comédien.

«J’étais peut-être plus fragile à ce moment-là, mais j’ai essayé de garder ça au moins.»

Figurant parmi les invités d’André Robitaille et Edith Cochrane, Sandrine Bisson (l’inimitable Claudette de la trilogie 1981-1991 de Ricardo Trogi), qui a participé à la délirante série Léo de Fabien Cloutier (série d’ailleurs marquée par les courtes présences d’un nombre impressionnant d’interprètes chevronnés), a aussitôt confirmé les dires du principal intéressé, pour qui elle n’avait que de bons mots en ce qui a trait à son éthique de travail.

Les enfants de la télé est diffusée le mercredi à 20h, sur les ondes d’ICI Télé.

À voir également: