NOUVELLES
16/12/2019 16:39 EST

Les clients d'un site canadien de cryptomonnaie demandent l'exhumation de son fondateur

Ils demandent que les restes de Gerald Cotten, mort à l’âge de 30 ans, soient autopsiés «en raison des circonstances douteuses» entourant sa disparition.

ipopba via Getty Images

Les avocats des clients d’un site canadien d’échange de cryptomonnaies, QuadrigaCX, dont la mort soudaine du fondateur l’an dernier a bloqué des millions de dollars, ont demandé l’exhumation et l’autopsie du corps pour confirmer son identité, a-t-on appris lundi.

Ils demandent que les restes de Gerald Cotten, mort en décembre 2018 à l’âge de 30 ans, soient autopsiés “en raison des circonstances douteuses” entourant sa disparition.

Gerald Cotten était décédé soudainement le 9 décembre lors d’un voyage humanitaire en Inde, des suites de complications de la maladie de Crohn, avait alors annoncé sa société.

Sa veuve, Jennifer Robertson, avait expliqué que son mari avait emporté dans la tombe les codes d’accès à son ordinateur portable crypté avec lequel il gérait sa compagnie depuis son domicile à Halifax, dans l’est du Canada.

Le jeune dirigeant était le seul à connaître ses codes, qui permettaient d’accéder à l’équivalent de 180 millions de dollars (122 millions d’euros) en cryptomonnaies appartenant à 115.000 clients, selon elle.

La société avait dû se placer sous la protection de la loi sur les faillites après la mort de son jeune PDG.

Mme Robertson avait indiqué avoir reçu des menaces sur internet. Des rumeurs, jamais prouvées, ont laissé entendre que le jeune patron aurait simulé sa mort pour empocher l’argent de ses clients et prendre la fuite.

Les avocats représentant les clients de la plateforme ont écrit vendredi à la Gendarmerie royale du Canada pour lui demander “l’exhumation et l’autopsie post-mortem du corps de Gerald Cotten”, selon une lettre publiée sur le site internet du cabinet Miller Thomson LLP.

Cette demande “vise à confirmer l’identité et la cause de la mort en raison des circonstances douteuses entourant la mort de M. Cotten et les pertes importantes des utilisateurs”, poursuit la lettre.

Les avocats demandent que cette exhumation ait lieu “d’ici le printemps 2020, en raison des inquiétudes liées à la décomposition” du corps.

Dans un communiqué de son avocat cité par les médias canadiens, la veuve de Gerald Cotten s’est dite “dévastée d’apprendre l’existence de cette demande”.

La police fédérale, interrogée par l’AFP, n’avait pas commenté cette demande lundi en fin de matinée.