TÉMOIGNAGES
12/08/2020 10:24 EDT | Actualisé 12/08/2020 10:26 EDT

L'été de tous les possibles

On a l’impression que c’est ordinaire de rester chez nous, que c’est moins éclatant, mais pourtant...

Onfokus via Getty Images
Percé, Gaspésie

Je regarde mon fil Instagram pis je trouve ça beau...

Y’a quelque chose de changé.

Je vois tes couchers de soleil éclatants sur le bord d’une rive, j’me demande un peu t’es rendue où pis là, je vois que t’es identifiée à Rimouski. J’ai vu que t’avais passé une belle soirée sur une terrasse en plein centre-ville. Les lanternes accrochées aux arbres me donnaient l’impression que t’étais quelque part en Espagne ou en Italie. Ben non, t’étais dans le Vieux-Québec, juste ici.

Cette année, ton bikini reflète pas le Pacifique, il reflète l’étendue du fleuve Saint-Laurent. Ça te va bien, je trouve que ça fait ressortir ton teint. Ta ride en vélo est pas dans le Maine, elle est ici, autour du Lac-Saint-Jean. Ton chalet est pas au Vermont, il est à Matane. La montagne que t’escalades est pas au New Hampshire. T’as monté Tremblant pis t’étais fière, la vue tout en haut était belle, pis quand t’es redescendue après ta randonnée, c’est dans une microbrasserie locale que t’as célébré.

J’ai trouvé ça beau de voir tes enfants faire leur première pêche dans un lac de la Montérégie. Ma tante était tellement contente de les voir. C’est que d’habitude, tu vas passer deux semaines aux États-Unis, mais cette année, t’as choisi de visiter la parenté. J’ai vu les photos de ta récolte de bleuets sauvages, j’ai vu aussi que t’avais privilégié les alcools d’ici. As-tu goûté au gin à l’hibiscus? Et savais-tu qu’au Québec, on fait aussi de la vodka?

Quand je t’ai vue sur le bord de la piscine, toute bronzée, y’avait ces pots à fleurs géants, les chaises longues et un gros hamac tout coloré. T’avais l’air tellement bien, tellement détendue. J’me suis demandé dans quel resort de la Floride t’étais rendue. Ben j’ai compris que t’étais dans ta cour sur la Rive-Sud. J’avais oublié comment c’était beau chez toi, ça fait longtemps que tu partages plus de photos.

stephane briere via Getty Images
L'Isle-aux-Coudres

C’est vrai qu’on a l’impression que c’est ordinaire de rester chez nous, c’est moins éclatant pis on dirait qu’on fait rien, mais pourtant... J’ai envié ton road trip de Granby à Chicoutimi, j’ai commenté tes selfies sur le fjord, ta crème glacée à Sainte-Rose du Nord. Quand je t’ai vu poser sur un bateau de croisière, j’me suis demandé si c’était pas une publication de l’an dernier, ben non, t’étais sur le fleuve à La Malbaie.

J’ai découvert, grâce à toi, la route des vins de l’ile d’Orléans, les tables champêtres directement dans les champs, j’ai vu tes célébrations familiales dans les parcs de Montréal pis j’ai essayé plusieurs des produits que tu publiais avec le hashtag achat local.

Moi qui craignais que cet été, on n’aille rien à dire parce qu’on était limité au Québec. Je m’attendais à des égoportraits de toi devant ton ordi, je pensais que t’aurais vraiment engraissé, que tu serais cernée, angoissée. Au contraire, t’es inspirante avec tes va-et-vient du quotidien.

Je t’ai suivie pis si j’habitais ailleurs dans le monde et que j’étais tombée par hasard sur ton fil Instagram, j’aurais facilement pensé que tu voyageais à travers le monde entier. Tu m’as donné envie de visiter les petites iles sur le fleuve, d’escalader nos montagnes, de résider dans nos auberges. 

MichelGuenette via Getty Images
Tadoussac

Quand tes enfants vont retourner à l’école, ils vont pouvoir dire qu’ils ont passé un bel été, sans avion, sans passeport, sans fuseau horaire. Ils vont raconter les parcs marins, les zoos, les jardins, ils vont avoir rencontré des gens qui venaient d’ailleurs avec des accents différents, ils vont avoir goûté de nouvelles saveurs. Tout ça, chez nous.

Toi, tu retournes au boulot moins fatiguée peut-être, t’as pris le temps de voir ces amies que t’avais pas vues depuis longtemps parce qu’enfin, tout le monde était disponible le même samedi. T’as pas fait trois jours de route pour aller et revenir, t’as compris que ça pouvait être reposant de relaxer chez toi, de partir vers midi pis revenir avant la nuit.

Je sais que tu as gambadé beaucoup, que ton budget vacances s’est envolé d’un coup, comme avant. Sauf que cette année, t’as calculé sans taux de change, t’es partie sans passeport. Tu reviens peut-être pas avec les hashtags habituels de Cuba, de Grèce ou de tour Eiffel, mais je t’assure que tes photos sont inspirantes.

La lumière de chez nous te va très bien, tes égoportraits sur nos plages sont jolis. C’est qui, dis-moi, ce nouvel abonné qui commente toutes tes publications, il vient d’où? Parce que je me souviens que le dernier t’offrait une histoire impossible à neuf heures de vol. Avec quel accent il t’a charmée, celui-là? L’accent de Gaspésie, du Saguenay, ou de Charlevoix ?

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!