NOUVELLES
06/07/2020 20:04 EDT

États-Unis: un tribunal ordonne la fermeture temporaire d'un oléoduc controversé

L’oléoduc de près de 1 900 kilomètres, qui relie le bassin de la formation de Bakken dans le Dakota du Nord à un centre de distribution dans l’Illinois, devra être clôturé d’ici au 5 août.

ASSOCIATED PRESS Photo/Jose Luis Magana
«Craignant de graves conséquences environnementales, les tribus amérindiennes des réserves à proximité cherchent depuis plusieurs années à annuler les permis fédéraux autorisant le Dakota Access Pipeline à transporter du pétrole sous le lac», écrit le juge.

Un tribunal américain a ordonné lundi la fermeture temporaire du Dakota Access Pipeline, un oléoduc dont le tracé est contesté depuis des années par des tribus amérindiennes et des associations de protection de l’environnement.

L’oléoduc de près de 1 900 kilomètres, qui relie le bassin de la formation de Bakken dans le Dakota du Nord à un centre de distribution dans l’Illinois, devra être clôturé d’ici au 5 août.

Dans une décision de 24 pages, le juge de Washington James E. Boasberg a estimé que le pipeline était loin de respecter les normes environnementales, notamment concernant les risques de fuite de pétrole.

M. Boasberg a par conséquent suspendu un permis d’exploitation, accordé par le Corps des travaux publics de l’armée américaine à l’entreprise Energy Transfers, pour construire une portion de l’oléoduc sous le lac de barrage Oahe dans le Dakota du Sud et le Dakota du Nord.

«Craignant de graves conséquences environnementales, les tribus amérindiennes des réserves à proximité cherchent depuis plusieurs années à annuler les permis fédéraux autorisant le Dakota Access Pipeline à transporter du pétrole sous le lac», écrit le juge.

«Aujourd’hui, elles ont finalement atteint leur but, du moins pour le moment», poursuit-il.

Le pipeline devra être fermé en attendant les conclusions d’un rapport sur son impact environnemental.

Ce jugement est un revers de taille pour le président Donald Trump, qui avait relancé le Dakota Access en janvier 2017, peu après sa prise de fonction, parallèlement à un autre projet controversé d’oléoduc, le Keystone XL.

Ces deux chantiers avaient été gelés par l’administration Obama.

La décision de M. Trump avait été contestée par les tribus sioux de Standing Rock et de Cheyenne River, qui avaient saisi la justice, alertant notamment sur les menaces de contamination de l’eau potable et la dégradation de leurs sites sacrés.

«Félicitations aux nombreux Amérindiens et aux militants qui ont lutté pour combattre ce terrible oléoduc, qui n’aurait jamais dû être construit», a réagi l’ancien candidat à l’investiture démocrate à la présidentielle Bernie Sanders.

Dans un communiqué transmis à l’AFP, Energy Transfers a fait part de son intention de déposer une requête en suspension et, si celle-ci n’était pas accordée, de faire appel du jugement de lundi.

«Nous estimons que la décision du juge Boasberg de ce matin n’est pas conforme à la loi ou aux éléments du dossier», a indiqué Lisa Coleman, responsable de la communication de l’entreprise.

«En outre, nous estimons que le juge Boasberg a dépassé son autorité en ordonnant la fermeture du Dakota Access Pipeline, qui fonctionne sans incident depuis plus de trois ans», ajoute Mme Coleman.

La suspension du Dakota Access intervient au lendemain de l’abandon par deux géants américains de l’énergie, Duke Energy et Dominion Energy, de la construction d’un gazoduc traversant la chaîne montagneuse des Appalaches.

À VOIR AUSSI: Le rappeur Kanye West candidat à la présidence des États-Unis