NOUVELLES
01/12/2019 12:16 EST

Les États-Unis seront à la COP 25, représentés par une diplomate

La chef du bureau pour les Océans et les Affaires scientifiques et environnementales internationales, Marcia Bernicat, «sera à la tête de la délégation» qui participera au sommet de l’ONU sur le climat.

Mario Tama via Getty Images
Les bâtiments du centre-ville de Los Angeles sont partiellement obscurcis en fin d’après-midi, le 5 novembre 2019, comme on le voit de Pasadena, en Californie. 

Les États-Unis de Donald Trump, qui ont officialisé début novembre leur intention de se retirer de l’accord de Paris sur le climat, seront représentés par une responsable du département d’État à la COP 25 qui s’ouvre lundi à Madrid.

«Les États-Unis vont continuer à participer aux négociations et aux rencontres en cours sur le changement climatique -comme la COP 25- afin d’assurer des règles du jeu équitables qui protègent les intérêts américains», a indiqué dans un communiqué samedi le département d’État américain.

La chef du bureau pour les Océans et les Affaires scientifiques et environnementales internationales, Marcia Bernicat, «sera à la tête de la délégation des États-Unis» qui participera au sommet de l’ONU sur le climat organisé du 2 au 13 décembre dans la capitale espagnole.

D’autres responsables du département d’État, de l’Agence américaine de protection de l’environnement, du département du Trésor, de l’agriculture, de l’agence américaine NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) et de l’agence pour le développement international, l’accompagneront.

Washington a officialisé le 4 novembre son intention de se retirer de l’accord de Paris sur le climat, suscitant des réactions consternées à travers le monde, en particulier de la Chine et de la France.

Cette étape-clé, qui ne pouvait intervenir plus tôt en raison d’une clause inscrite dans le texte de l’accord, enclenche un compte-à-rebours d’un an avant que Washington puisse effectivement le quitter.

Le départ n’aura donc lieu au plus tôt que le 4 novembre 2020, le lendemain de la prochaine élection présidentielle aux États-Unis, où Donald Trump compte briguer un second mandat.

Le président a annoncé dès 2017 le retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat, estimant qu’il était nocif pour l’économie américaine, et a multiplié depuis les mesures pour alléger les régulations en matière de normes environnementales.

À VOIR AUSSI: Easyjet promet la neutralité carbone