NOUVELLES
27/03/2020 16:29 EDT | Actualisé 27/03/2020 16:39 EDT

Coronavirus: l'état d'urgence à Montréal, qu'est-ce que ça implique?

La Ville de Montréal a déclaré l'état d'urgence local en raison de la pandémie de COVID-19, vendredi.

Facebook/Valérie Plante
La mairesse Valérie Plante a déclaré l'état d'urgence sur le territoire de la Ville de Montréal, vendredi.

Durement touchée par la pandémie de COVID-19, la Ville de Montréal a déclaré vendredi l’état d’urgence, à la demande du directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda. Mais il n’y a pas lieu de paniquer. Explications.

La déclaration d’état d’urgence est une mesure exceptionnelle qui permet à la municipalité de se prévaloir de pouvoirs spéciaux en cas de «sinistre majeur, réel ou imminent». 

En vertu de la Loi sur la sécurité civile, «une municipalité locale peut déclarer l’état d’urgence, dans tout ou partie de son territoire, lorsqu’un sinistre majeur, réel ou imminent, exige, pour protéger la vie, la santé ou l’intégrité des personnes, une action immédiate qu’elle estime ne pas pouvoir réaliser adéquatement dans le cadre de ses règles de fonctionnement habituelles ou dans le cadre d’un plan de sécurité civile applicable.»

Concrètement, qu’est-ce que ça veut dire?

D’abord, il est important de spécifier que la déclaration de l’état d’urgence ne veut pas dire que la Ville de Montréal est en quarantaine ou en confinement. Du moins, pas pour le moment.

Si Montréal a déclaré l’état d’urgence, c’est avant tout pour éviter que la COVID-19 ne se répande comme une trainée de poudre parmi la population itinérante de la métropole.

Armée de cette déclaration, la Ville pourra ordonner l’évacuation de certaines parties du territoire ou ordonner le confinement de personnes qui «n’ont pas d’autres ressources», nommément les sans-abris.

«Nous voulons éviter que la crise sanitaire ne se transforme en crise humanitaire», a déclaré la mairesse Valérie Plante, vendredi après-midi.

Pour ce faire, la Ville aura le droit de réquisitionner les lieux d’hébergement privés de son territoire.

La déclaration de l’état d’urgence local permet aussi à la Ville de Montréal de fermer ou restreindre l’accès aux voies de circulation ou à l’ensemble de son territoire.

En théorie, la mairesse Valérie Plante pourrait donc couper l’île du reste du monde ou imposer un couvre-feu, des possibilités évoquées par la mairesse vendredi matin. En fin de journée, elle a toutefois assuré que «nous n’en sommes pas là du tout».

La déclaration de l’état d’urgence permet aussi à la Ville de Montréal d’accorder des autorisations ou des dérogations dans les domaines de compétence municipale, ainsi que de «faire les dépenses et conclure les contrats qu’elle juge nécessaires».

Des précédents récents

Ce n’est pas la première fois que la Ville de Montréal déclare l’état d’urgence. 

L’an dernier, tout comme en 2017, elle avait dû avoir recours à cette mesure en raison des importantes inondations printanières, qui avaient forcé l’évacuation de centaines de montréalais.