NOUVELLES
13/09/2019 10:44 EDT | Actualisé 13/09/2019 10:48 EDT

Éric Duhaime débarque chez Urbania et ça ne fait pas l'affaire de tout le monde

«Ne changez pas vos lunettes: vous avez bien lu. Je, Éric Duhaime, signe bel et bien une chronique dans un magazine réputé bobo-uqamien-hipster-solidaire du Plateau.»

La nouvelle en a surpris plus d’un jeudi matin. Le magazine Urbania, plutôt de gauche, que son éditeur décrit comme étant «progressiste», a annoncé une collaboration avec le chroniqueur Éric Duhaime, réputé pour ses opinions, disons, très... «de droite». Dans sa première chronique, l’animateur du FM93 à Québec affirme qu’il faut bâtir des ponts entre les deux camps. 

 

«La moitié de l’équipe pense que c’est une idée de marde, l’autre est curieuse de voir comment cette expérience médiatico-sociale va se dérouler», avoue candidement l’éditeur et fondateur d’Urbania, Philippe Lamarre, dans une note placée en début de chronique.

Il explique aussi que l’idée part tout simplement d’un défi lancé en ondes par Éric Duhaime, qui l’a reçu à son émission il y a deux semaines pour parler de l’avenir des médias. L’éditeur justifie sa décision par le besoin de tendre la main même à ceux qui ne partagent pas ses opinions, en cette ère polarisée par les réseaux sociaux. 

«On se caricature mutuellement, et au final, on ne prend pas le temps d’essayer de se comprendre, écrit Philippe Lamarre. C’est cliché, mais c’est vrai.»

Tout comme au sein de l’équipe d’Urbania, l’annonce a causé des réactions mitigées... sur les réseaux sociaux, justement.

Capture d'écran/Urbania
Voici une capture d'écran qui illustre quelques-unes des réactions à cette nouvelle collaboration à Urbania.

Le chroniqueur Mathieu Charlebois, qu’on peut notamment lire dans L’actualité, a exprimé son désaccord avec cette décision d’Urbania dans un long statut Facebook. Il dénonce entre autres le manque de rigueur d’Éric Duhaime.

«Duhaime, c’est une décennie de commentaires désobligeants pour dénigrer ceux qui ne pensent pas comme lui, écrit-il. Fuck off, Urbania, avec ton histoire de “diversité des voix”.»

 

De nombreux internautes semblent d’accord avec lui.

Éric Duhaime, lui, semble accepter cette nouvelle collaboration avec un peu d’autodérision. Dans sa chronique, il fait lui-même un clin d’oeil à la photo qu’Urbania avait publiée à son intention, en 2016, lorsqu’il avait comparé un viol à un vol de voiture.

À voir: François Lambert commente l’intervention de Catherine Dorion à la Commission sur l’avenir des médias