BIEN-ÊTRE
10/09/2019 14:44 EDT | Actualisé 10/09/2019 16:33 EDT

L'équipe du Bouillon Bilk va ouvrir un nouveau restaurant

Un troisième restaurant dans le Vieux-Montréal, à la place du resto Le Local - fermé depuis juillet dernier.

Courtoisie Bouillon Bilk
Bouillon Bilk

C’est une rentrée chargée pour Mélanie Blanchette et le chef François Nadon, le duo à la tête des restaurants Bouillon Bilk et Cadet. Ils s’apprêtent d’ici peu à ouvrir un troisième restaurant dans le Vieux-Montréal, à la place du resto Le Local (740 rue William) - fermé depuis juillet dernier. 

Le quartier, l’adresse, l’édifice, les deux salles privées permettant d’accueillir des groupes, le tout était une  opportunité d’affaires que le duo recherchait. 

«C’est un nouveau projet d’envergure sur lequel on travaille à la place de l’ancien Le Local, qui a fermé en juillet. On reprend l’adresse, mais on change tout: décor, nom, équipe. L’envie était de pouvoir accueillir des groupes - on nous le demandait souvent, mais on ne pouvait pas répondre à la demande - cette adresse nous le permettra! » - explique Mélanie Blanchette.

La salle à manger pourra accueillir une 100ène de places assises, sans oublier les deux grandes salles privées et la terrasse. 

Une troisième adresse qui viendra compléter le catalogue du duo. «Le Bouillon Bilk propose une fine cuisine, très travaillée, plus  intellectuelle. Le Cadet, c’est plus festif, ce sont des plats à partager. Là, on sera dans le registre «plats brasserie», des classiques bien travaillés. La cuisine sera toujours chapeautée par François. On continuera à travailler avec les produits locaux de nos fournisseurs avec lesquels on a construit une vraie relation.»

En charge du design de ce nouveau lieu, la compagnie Clairoux, qui a signé le Perles et Paddock dans Griffintown. Pour le branding, c’est LG2 qui a travaillé sur le Bouillon Bilk et le Cadet. 

Pour l’ouverture, rien de sûr dans l’immédiat. 

«On souhaiterait avant Noël, même novembre, mais le chantier a à peine commencé, cela ne dépend pas de nous. Quant au nom, on en a un, mais je ne peux pas le dire pour l’instant», conclut Mélanie Blanchette. 

À suivre.