Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Mise sur ce que ton corps peut faire, pas ce qu’il a l’air»

Au Québec, c’est plus d’un adolescent sur deux qui est insatisfait de son corps.
Semaine Le poids? Sans commentaire! - 9e édition
Semaine Le poids? Sans commentaire! - 9e édition

L’organisme ÉquiLibre - dont la mission est de prévenir et de diminuer les problèmes liés au poids et à l’image corporelle dans la population - a lancé la 9e édition de la Semaine Le poids? Sans commentaire! (SLPSC), qui se déroulera jusqu’au 27 novembre prochain. Le thème de cette édition: « Mise sur ce que ton corps peut faire, pas ce qu’il a l’air ».

Un message clair et direct qui en dit long sur l’objectif de ces journées.

Alors qu’on n’a jamais autant été sédentaire pour cause de pandémie et de confinements répétés, il est recommandé de bouger, afin de maintenir une santé physique et mentale saine... mais on sait aussi que la pratique d’une activité physique peut, encore aujourd’hui, engendrer beaucoup de commentaires sur l’apparence et le poids.

C’est pour cette raison que l’organisme et l’ambassadrice de la campagne, la danseuse Kim Gingras, veulent sensibiliser la population, notamment les jeunes et les intervenants en activités physiques, aux conséquences des commentaires en lien avec le poids et l’apparence en contexte de pratique d’activités physiques.

Au Québec, c’est plus d’un adolescent sur deux qui est insatisfait de son corps. Ces commentaires peuvent nuire à l’image corporelle, au plaisir de bouger et même à la performance!

«La mission de cette campagne me tient grandement à cœur. Être jugée sur mon physique est devenu une norme dans mon métier. Quand on me voit entrer sur scène ou en audition, on analyse d’abord mon apparence. Je sais donc exactement c’est quoi de se remettre en question en raison d’un seul commentaire», souligne Kim Gingras par voie de communiqué.

Au Québec, un grand nombre de jeunes filles délaissent le sport et l’activité physique à la puberté et parmi les jeunes qui essaient de contrôler leur poids, 74% se sont déjà entraînés de façon excessive. ÉquiLibre souhaite donc miser sur la valorisation des efforts et des talents de chacun et encourage à commenter autre chose que l’apparence et le poids.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.