Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Marilyn Castonguay: «C’était succulent de jouer Huguette»

La comédienne avoue avoir été assez intimidée, lors des premiers jours de tournage de «C’est comme ça que je t’aime».
Marilyn Castonguay dans le rôle d’Huguette, dans la série «C’est comme ça que je t’aime»
Marilyn Castonguay dans le rôle d’Huguette, dans la série «C’est comme ça que je t’aime»

Marilyn Castonguay nous a été révélée dans L’Affaire Dumont, en 2012. Depuis, on l’a vue dans plusieurs émissions jeunesse et de nombreuses fois sur les planches. On la découvre ces jours-ci dans le rôle d’Huguette, une mère au foyer, enceinte de six mois, qui deviendra une tueuse à gages… un des plus beaux rôles qui lui ait été donné, selon la polyvalente comédienne.

Dans C’est comme ça que je t’aime, la très attendue série du duo François Létourneau et Jean-François Rivard se déroulant en 1974 (disponible depuis peu sur tou.tv extra) c’est elle, le personnage central. Elle y incarne Huguette, petite femme de 5’2’’ à l’air angélique, toute menue, mais qui bouille en dedans. Femme au foyer, elle s’ennuie profondément et entretient une haine envers son mari, qui sera mise à profit lorsqu’elle deviendra une criminelle, entraînant avec elle ses amis.

Un rôle foisonnant, rempli de nuances.

«C’était jouissif, lance-t-elle d’emblée. C’était succulent de jouer cette Huguette. Elle a tout. Sa petite timidité, sa sensibilité, et en même temps cette force et cette rage, un peu plus tomboy… mais avec ses ongles et son petit glow de femme enceinte!»

«C’était un rôle formidable, un des plus beaux que j’ai eu à faire», ajoute-t-elle.

Il faut aussi dire que la rencontre avec l’équipe a été «extraordinaire», alors qu’elle ne connaissait pas les autres comédiens avant cette production.


Et pourtant, elle a bien failli ne pas l’avoir, ce rôle, puisque le matin de son audition, elle était terrassée par une gastro! Elle a donc dû annuler sa présence.

«J’essayais de me peigner “années 70”, et je n’étais pas capable, j’avais mal au coeur! Je n’étais pas capable de me tenir droite!» raconte-t-elle en riant.

C’est finalement un ami qui a filmé, un peu plus tard, sa scène d’audition, qu’elle a pu envoyer à la production.

«Les gars (NDLR: le réalisateur Jean-François Rivard et l’auteur François Létourneau) m’ont fait confiance aveuglément, parce qu’ils ne m’ont pas rencontrée!» fait-elle remarquer.

«Ce que j’ai proposé, ça leur avait vraiment plu! Ajoute-t-elle, tout sourire. Ils ont dit: “c’est ça Huguette, c’est elle, elle a tout compris”. Au nombre de fois qu’on est dans le champ, de se faire dire ça... Surtout par des gars brillants, qui font des choses qu’on aime vraiment beaucoup!»

Rémi-Pierre Paquin et Marilyn Castonguay dans «C’est comme ça que je t’aime»
Rémi-Pierre Paquin et Marilyn Castonguay dans «C’est comme ça que je t’aime»

La comédienne de 35 ans avoue d’ailleurs avoir été assez intimidée, lors des premiers jours de tournage.

«C’est tous des grands gars de 6′3″ qui se connaissent depuis 20 ans, des meilleurs amis... J’étais comme: qu’est-ce que je fais ici? J’ai chaud! Je leur ai dit: “je suis vraiment stressée!” Et à partir du moment où je l’ai avoué, ç’a comme démystifié l’affaire et ç’a été super, après.»

«Un film de gang»

Marilyn Castonguay a aussi adoré jouer dans Jusqu’au déclin, le premier film québécois à avoir été financé par Netflix. Ce thriller nordique de Patrice Laliberté met en scène des adeptes du survivalisme (qui est d’ailleurs drôlement d’actualité en ce moment, alors qu’une grande partie de la planète se retrouve en isolement).

«J’ai vraiment aimé ça, confie l’actrice. Et ça marche, on est dans l’action! C’est beau, aussi; j’ai trouvé ça magnifique! Les images, la photo... J’ai été très impressionnée.»

Marilyn Castonguay y incarne Anna, une sympathique «tomboy» plutôt pacifique, dont les valeurs seront rudement mises à l’épreuve pendant sa «formation» de survivaliste. D’ailleurs, l’expérience tournera rapidement au film d’horreur – un genre rarement exploité, ici – et chacun des sept protagonistes aura son utilité, ses forces et ses faiblesses.

«C’est vraiment un film de gang, que je prends comme une espèce de chorale. On est tout le monde ensemble, on a chacun notre job à faire dans le groupe. On n’est pas là pour shiner tout seul, mais en groupe, pour servir l’intrigue, et on tombe tous l’un après l’autre...»

La comédienne a été très occupée dans la dernière année. En plus de ces deux gros projets, on l’a vue dans un spectacle solo (une première pour elle) au théâtre La Licorne, en janvier et février, et dans l’émission jeunesse Alix et les merveilleux – son «bonbon», comme elle dit.

«Ma tête n’arrête pas depuis mai, l’année passée, explique-t-elle. L’été prochain s’annonce tranquille... et je pense que c’est correct comme ça!»

C’est comme ça que je t’aime est disponible sur tou.tv extra. Alix et les merveilleux est diffusé du lundi au vendredi à 17h30 à Télé-Québec et disponible en rattrapage. Le film Jusqu’au déclin sera disponible sur Netflix dès le 27 mars.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.