Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Émilise Lessard-Therrien a besoin de vous pour briser cette assiette

«Les femmes comme les députés font leur fortune à la chambre», peut-on y lire.

La députée solidaire Émilise Lessard-Therrien est d’humeur à casser de la vaisselle.

Après avoir fait la «sordide découverte» d’une assiette antique au message résolument sexiste, elle s’est tournée vers les réseaux sociaux pour trouver la meilleure manière de détruire l’objet.

«Quelle serait la meilleure manière de fracasser cette charmante assiette au ton misogyne et sexiste ? Commentez votre suggestion ci-bas, je choisirai parmi les options les plus populaires!» a-t-elle écrit sur sa page Facebook mardi après-midi.

Évidemment, plusieurs internautes ont suggéré à la politicienne - qui possède deux carabines - d’utiliser l’assiette comme cible de tir. Mais d’autres ont fait preuve de beaucoup plus d’imagination.

«Dans un canon à patates, contre un mur de brique!» suggère un internaute, alors qu’un autre propose qu’une jeune fille la fracasse à l’aide d’une massue sur laquelle on écrirait «OK Boomer».

Un autre citoyen suggère de «lui passer dessus avec un tracteur pour qu’elle laboure la terre du Témiscamingue», qui fait partie de la circonscription de Mme Lessard-Therrien.

Il y a aussi cet homme, qui a BEAUCOUP d’idées.

Quelle serait votre méthode de prédilection?
Quelle serait votre méthode de prédilection?

«Elle me donne envie d’y faire caca et de servir le tout à son auteur. Avec le sourire et un “Bon appétit!”, quand même!», lance également une femme.

Jusqu’à présent, le commentaire le plus populaire propose d’en faire don au Robin des bois. L’organisme à but non-lucratif montréalais dispose d’une «salle de défoulement» où il est possible, moyennant un don de 5$, de briser une assiette. Elle pourrait y être mise aux enchères afin de recueillir des fonds pour des organismes, suggère Jérémie Vachon.

Relique du passé

Si plusieurs ont participé au «concours» lancé par la députée, nombreux sont ceux qui s’opposent à la destruction de l’assiette.

«Faire disparaître un objet du passé ne changera pas le passé. Par contre on peut s’en servir pour faire de l’éducation auprès des générations futures!» souligne un de ses abonnés.

«Tu la gardes et tu la places dans ton bureau à Québec. Tu la mets dans une place bien voyante et tu t’en sers comme motivation considérant que la problématique est encore bien en vie», suggère par exemple un autre internaute.

«L’historienne en moi me dit que c’est une pièce d’histoire incroyable pis qu’on devrait peut être conserver ça... pis après y a la féministe en moi qui suggère la massue!» muse quant à elle une citoyenne.

L’histoire ne dit pas si la députée a trouvé l’assiette après un ménage à la Marie Kondo dans son sous-sol, mais on a bien hâte de savoir ce qu’elle va en faire!

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.