DIVERTISSEMENT
04/10/2019 08:49 EDT

Émile Bilodeau met un pied dans l'âge adulte avec «Grandeur mature»

«Je veux faire du bien avec cet album-là. Je veux faire danser, mais aussi réfléchir.»

Flamme
Émile Bilodeau

Il avait à peine 20 ans quand ses chansons «J’en ai plein mon cass» et «Ça va» ont pris d’assaut les radios. Trois ans plus tard, il a l’impression d’avoir vieilli et nous offre un opus un peu plus mûr... sans que le p’tit gars joyeux ne soit effacé pour autant. Le HuffPost Québec a rencontré Émile Bilodeau à l’occasion de la sortie de son deuxième album, Grandeur mature.

Alors, la grande question: à 23 ans, Émile Bilodeau est-il devenu un adulte?

«Absolument!» répond sans hésitation l’auteur-compositeur-interprète, le sourire aux lèvres, dans son fauteuil capitonné. C’est qu’au lieu de donner ses entrevues dans un traditionnel café, l’artiste a choisi une boutique de vêtements médiévaux, pour faire un clin d’oeil à la thématique de l’album (et du lancement qui a eu lieu mercredi soir). 

Vous aurez compris que pour Émile Bilodeau, «adulte» ne signifie pas «plate». Car celui qui considère que sa pensée et ses opinions ont évolué au cours des dernières années n’a pas hésité à se costumer en Robin des Bois (dans le vidéoclip de sa chanson homonyme) pour encourager les jeunes de sa génération à s’écouter et leur rappeler qu’ils ont le droit de s’amuser, même s’ils ne sont pas certains du métier qu’ils veulent exercer «plus tard».

Maria Serna
La chanson «Robin des Bois» est la première sur le nouvel opus d'Émile Bilodeau, «Grandeur mature».

«J’ai voulu comparer le destin des millénariaux à un gars qui est né Robin des Bois et qui va mourir Robin des Bois... C’est le fun de se dire: on a cette possibilité-là, nous, de pouvoir changer d’idée. Il ne faut pas voir l’éducation comme une perte de temps.» 

C’est aussi pour cette raison qu’Émile Bilodeau a accepté avec grand plaisir d’être co-porte-parole des Francouvertes cette année – un concours qui l’a lui-même révélé au public et aux grands joueurs de l’industrie –, pour inculquer aux jeunes qui rêvent de faire de la musique qu’«il faut travailler fort, mais [que] c’est possible».

Le Émile adulte, il est plus sûr de lui, avoue-t-il candidement. 

«On dirait que ça s’est précisé, je nomme plus les choses, j’ai des positions plus assumées aussi.»

Le Émile adulte, il trippe encore sur Pierre Falardeau et sur Dédé Fortin, mais il n’a plus peur de scander haut et fort qu’il est souverainiste. 

Grosse Boîte

Sur la pochette de Grandeur mature, Émile Bilodeau tient d’ailleurs une épée.

«J’ai vraiment cette sensation d’aller me battre, d’aller au batte, d’aller en entrevue et de parler de souveraineté... ça ne me fait plus peur», tranche-t-il.

 «Québécois c’est joli, québécois c’est concis, et crois-moi c’est con si on ne devient pas un pays», chante-t-il d’ailleurs à la fin de Ton nom.

Danser et réfléchir

«Je veux faire du bien avec cet album-là, résume-t-il. Je veux faire danser, mais aussi réfléchir.»

On doit avouer que le pari est assez réussi. Le jeune adulte nous parle inévitablement d’écoanxiété, de politique, d’inclusion, de ses réflexions sur l’avenir... Mais à travers ces thèmes sérieux, il y a quand même quelques tounes plus absurdes comme Échec et mat ou Ton nom. Et surtout, les mélodies et les riffs de guitare d’Émile Bilodeau sont toujours aussi accrocheurs (on vous met au défi de ne pas chantonner Robin des Bois pendant quelques heures après avoir appuyé sur «Play» ci-dessous). Le tout, supervisé et réalisé encore une fois par le grand Philippe B., dont le jeune Émile avoue s’inspirer pour sa sagesse et son expérience.

 

Le jeune homme nous parle aussi de sa famille dans ce nouvel opus, une famille qu’il remercie pour son soutien et son appui. Dans la très touchante Colin, Émile s’adresse à son petit frère («à qui je dois beaucoup»), alors qu’il s’apprête à quitter le nid familial (dans quelques semaines) pour s’installer dans son propre appartement. 

«Des fois, j’ai peur de perdre des gens que j’aime, confie le chanteur. Cette chanson-là, ça veut aussi dire: si demain je partais, pleurez-moi pas trop. Continuez de vivre. C’est vraiment un hymne à: “vivez malgré ma mort”. Et c’est con, ça part juste d’une séparation de: “je pars en appart”. Mais si un jour je pars pour de bon... C’est drôle, toutes ces idées se sont entremêlées et ç’a donné cette toune-là.»

Des idées de grandeur

La thématique de «grandeur nature» s’est un peu imposée avec le champ lexical de quelques chansons (comme Robin des Bois, Échec et mat et Mont-Royal). Mais Émile Bilodeau compare aussi cette passion pour le médiéval, qui se vit en gang, à son métier de chanteur qui part en tournée. 

Flamme
Émile Bilodeau, lors du lancement de son nouvel album «Grandeur mature», ce mercredi 2 octobre, au Théâtre Fairmount, à Montréal.

«On parle ici d’une communauté qui part à l’aventure, [de gens] qui sont consentants à aller passer une fin de semaine dans le bois. Et c’est pareil dans un band, on est dans une voiture, notre grand jeu d’échecs, notre grand territoire, c’est le Québec. On est des marchands de bonheur.»

Et chaque fois qu’il finit une tournée, le chanteur a un peu l’impression d’avoir fait la guerre, lance-t-il en riant.

«Parce qu’il y avait un bris technique, le gars qui a reçu était chaud ou il y avait du monde désagréable dans la salle... mais on a fini, le monde était content et ils vont nous rappeler!»

Et gageons que le public continuera d’en redemander, au fil des années pendant lesquelles Émile Bilodeau deviendra toujours plus un adulte... ou pas.

L’album «Grandeur mature», d’Émile Bilodeau, est disponible dès aujourd’hui.

À voir aussi: notre entrevue avec les soeurs Boulay à propos de leur plus récent album