TÉMOIGNAGES
26/05/2020 15:44 EDT

À mes élèves: vous avez peut-être peur, mais vos enseignants sont là pour vous

Et nous sommes heureux que vous soyez de retour. N'en doutez pas une seconde.

Wirachai via Getty Images

Il y a deux mois, mes élèves et moi avons créé des vidéos pour un concours, planifié le prochain événement de notre Club des bonnes actions et passé en revue tous les aspects réconfortants de la vie scolaire. Je me rends compte, maintenant, que nous tenions ces choses pour acquises.

Lorsque j’ai accepté pour la première fois une offre d’emploi en tant qu’assistante de langue française dans l’est de la province en septembre, je ne m’attendais pas à ce qu’une pandémie nous renvoie chez nous si tôt. Depuis un peu plus de deux semaines, plusieurs enfants sont retournés à l’école avec de nouvelles règles de distanciation sociale en vigueur.

J’attendais avec impatience mon premier jour de retour au travail. J’espérais ressentir un sentiment de soulagement. Au lieu de ça, il y avait de la confusion, de l’anxiété et du stress dans l’air dès que je suis entrée dans le bâtiment. Je n’ai vu que la moitié de notre personnel et de nos élèves. Le bâtiment me semblait vide, calme.

Je n’ai pas eu l’occasion de dire à mes élèves que ça va bien aller.

Montrer mon excitation m’aurait fait sentir mal.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de parler de tout en face à face avec mes élèves, d’exprimer à quel point ils m’ont manqué, que j’aimerais que les choses soient différentes ou que je veux entendre leurs merveilleuses histoires. Je n’ai pas eu l’occasion de dire à mes élèves que ça va bien aller.

Il reste peu de temps dans la journée pour raconter comment leur voyage de ski tant attendu en mars - annulé à cause d’une tempête de neige - a fini par devenir leur dernier jour d’école pour une durée imprévue. Il n’y a pas de «bon moment» pour expliquer ce qui s’est passé, sans parler de ce que signifie la pratique de la distanciation sociale, ou de ce qu’est une pandémie. Les enfants ne devraient pas avoir à penser à ces enjeux.

C’est curieux. C’est frustrant. C’est lourd. Personne n’est sûr de ce qu’il faut faire.

Les parents devraient-ils envoyer leurs enfants à l’école avec des masques? Seraient-ils même efficaces avec tout ce que les enfants touchent? Les enseignants devraient-ils en porter un pour protéger les autres? Et qu’en est-il de «l’immunité collective»?

Personne ne comprend vraiment pourquoi nous sommes de retour en classe alors que nous pourrions attraper une maladie grave. On nous appelle les «super-héros» - secrétaires, directeurs, enseignants, assistants, gardiens et tous ceux qui travaillent dans le milieu de l’éducation - pour avoir bravé les risques, mais nous voulons simplement que nos enfants soient en sécurité et heureux.

Prostock-Studio via Getty Images
Les parents devraient-ils envoyer leurs enfants à l’école avec des masques? Seraient-ils même efficaces avec tout ce que les enfants touchent?

Voici certaines choses que j’aimerais que mes élèves sachent, alors que je suis là, tous les jours, à essayer d’ignorer le fait que les choses ne sont plus les mêmes, et ne le seront plus pendant un certain temps.

Vos professeurs ne sont pas parfaits

Nous pouvons sembler un peu confus ou stressés, mais c’est parce que nous essayons de faire en sorte que tout le monde respecte les règles, et certains d’entre nous portent leur propre fardeau et leurs propres soucis. Comme tout le monde, nous devons veiller à la sécurité de nos familles, devons composer avec des revenus instables, sommes confrontés à des projets annulés et à des relations tendues. Mais nous espérons que vous ne pensez pas que nous sommes malheureux d’être à nouveau en votre présence. C’est une joie absolue de vous voir en personne et de vous avoir dans une salle de classe.

Il y a encore de la place pour la joie

Je sais que ce n’est pas le cas en ce moment, parce qu’il y a beaucoup de changements avec lesquels vous devez composer. Et parce que vous devez être à deux mètres l’un de l’autre, vous devez le faire sans pouvoir demander l’aide de vos amis. C’est difficile, et c’est normal de l’admettre. Mais, je vous le promets, il y a encore de la place pour des relations créatives avec les personnes que vous aimez le plus, y compris vos enseignants derrière leurs masques.

Nous voulons être avec vous

Tes enseignants portent des masques et prennent leurs distances pour vous protéger. Nous n’avons pas peur de vous, nous avons peur pour vous - si nous sommes malades, nous ne voulons pas que vous l’attrapiez. Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point ça nous tue de ne pas pouvoir vous serrer dans nos bras et vous dire que tout va bien se passer.

Vous pouvez toujours vous amuser à l’école

Parfois, tout peut sembler trop réglementé. Par exemple, comment êtes-vous censés jouer au chat et à la souris à la récréation? Ou montrer un nouveau jouet à vos amis? Mais nous pouvons travailler ensemble pour que ce soit amusant. C’est nous contre le virus, pas nous contre les règles.

Vous pouvez me parler de vos peurs et de vos angoisses

Je vois déjà l’inquiétude et le stress sur vos visages. Et nous vous aimons trop pour vous laisser continuer votre journée sans nous dire comment vous vous sentez vraiment. Alors, ne vous cachez pas derrière vos sourires fatigués et vos yeux lourds. Nous vous voyons. Nous vous entendons.

Ce n’est pas facile pour vos parents

Il est compréhensible que vos parents soient frustrés. Parfois, cette frustration peut se traduire par de la colère ou de la peur. Vos parents essaient de garder la tête froide pour vous, en jonglant avec beaucoup de choses pour aider toute votre famille à s’en sortir. Ne vous blâmez donc pas s’ils ne vous accordent pas toute leur attention en ce moment, ou s’ils semblent stressés. Ce n’est pas de votre faute.

L’école peut toujours être votre maison loin de chez vous

Vous pouvez encore y trouver du réconfort. Vous pouvez y trouver de la musique, de l’art et du jeu. Vous pouvez être qui vous voulez ici.

Les «règles» deviendront plus faciles à suivre

Nous ne nous attendons pas à ce que vous appréciez le processus, mais nous espérons que vous en reconnaissez l’importance. Donnez-vous du temps, de la patience et de l’amour. Vous ferez des erreurs, mais vous finirez par vous adapter. Très bientôt, ces nouvelles règles deviendront une routine pour tout le monde - vous ne remarquerez même pas combien de fois vous avez lavé vos mains en une seule journée.

Ce n’est pas quelque chose d’éternel.
Ce n’est pas votre «nouvelle normalité». C’est temporaire.

Vous êtes tellement courageux de vous être présentés.
Vous êtes si inspirants de traverser cette période malgré toutes vos angoisses et vos défis personnels. Continuez à être forts, prudents et courageux. Vous n’êtes pas seuls. Nous sommes ici avec vous et pour vous.

Ce texte, initialement publié sur le HuffPost Canada, a été traduit de l’anglais.