Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«L’effet secondaire» : quand «Watatatow» rencontre «Ramdam»

La nouvelle série jeunesse de Radio-Canada risque de faire vivre toutes sortes d’émotions aux pré-ados et de faire revivre de beaux moments à leurs parents.

Les premiers frenchs, l’intimidation, les exposés oraux, les partys chaperonnés dans lesquels on fait entrer de l’alcool en douce… Ça vous rappelle des souvenirs? La nouvelle série jeunesse de Radio-Canada, L’effet secondaire, risque de faire vivre toutes sortes d’émotions aux pré-ados et de faire revivre de beaux moments à leurs parents nostalgiques.

La série dramatique, dont les 13 épisodes seront diffusés tous les vendredis dès le 10 janvier, sur les ondes d’ICI Télé, est en fait l’adaptation d’une production à succès originaire des Pays-Bas, déjà reprise dans plusieurs pays d’Europe. Attachez vos tuques, parce que tout se passe assez rapidement dans cette série filmée à la manière d’une docu-réalité!

En tout, ils sont une trentaine de jeunes ados en vedette dans L’effet secondaire. On les suivra à l’école, pendant et entre leurs cours, pour découvrir ce qu’ils vivent (avec intensité, avons-nous besoin de le préciser?). On retrouvera certains personnages (la moitié environ) à plusieurs reprises tout au long de la saison, alors que d’autres seront plus passagers, le temps d’un épisode ou deux.

Et nous devons dire que ces jeunes comédiens sont assez impressionnants. De l’aveu de l’équipe (qui a vu plus de 300 jeunes en auditions) la sélection s’est avérée un brin complexe, étant donné le ton de l’émission, qui se veut très réaliste. Ceux qui ont été choisis sont pour la plupart tous des nouveaux talents, sauf peut-être Émi Chicoine (qui tient le rôle d’Emma), qu’on a pu voir dans la deuxième saison de Plan B, Édouard Tremblay-Grenier (Alex) qu’on a vu dans le long métrage Les affamés et Alexane Jamieson (Maude), qui tenait le rôle-titre dans le film Jeune Juliette.

Après le visionnement, Guillaume Lonergan, l’un des deux réalisateurs, a d’ailleurs présenté sa jeune gang comme les vedettes de demain, «que tout le monde va nous voler, maintenant».

Le ton à mi-chemin entre la fiction et la réalité est très intéressant, et risque de plaire aux pré-ados. Entre les scènes, on a d’ailleurs droit aux réflexions et aux réactions de certains personnages, face à la caméra. En ce sens, nous y avons vu une sorte de croisement entre Watatatow et Ramdam (ce qui trahit un peu notre âge).

Les thèmes abordés pendant cette série s’annoncent nombreux. Les scénaristes se sont évidemment inspirés des scripts de la version hollandaise. L’équipe a ensuite validé les sujets et le déroulement de l’histoire auprès d’élèves et de membres du personnel enseignant.

Dans les épisodes que nous avons pu voir, il a été question de loyauté en amitié (et jusqu’où cela peut nous mener, parfois), d’homosexualité, de manipulation et de prostitution, de consommation d’alcool (et de tout ce que nous serions prêts à faire pour être cool, à 13 ans), d’amitié et d’amour, de mensonges pour paraître plus intéressante… Et si nous nous fions aux bandes-annonces, il sera aussi question d’intimidation par rapport au poids, d’identité sexuelle et de troubles alimentaires, notamment.

Ça peut sembler beaucoup, mais comme on nous l’a rappelé avant le visionnement, il faut voir cette série avec nos lunettes de pré-ados : tout se déroule tellement vite, et tellement intensément, à cet âge-là.

Radio-Canada tient d’ailleurs à préciser que L’effet secondaire ne s’adresse pas tout à fait aux ados, mais bien aux pré-ados. Car comme le souligne Christiane Asselin, directrice principale, web-télé, ICI Tou.tv et jeunesse à Radio-Canada, si l’offre télé pour les adolescents est bien garnie, celle pour les jeunes d’onze ou douze ans l’est beaucoup moins.

«C’est un groupe qu’il ne faut pas oublier, fait remarquer Mme Asselin. Pour que nos jeunes ne passent pas des dessins animés à… Fugueuse

Les épisodes seront d’ailleurs accompagnés d’une multitude de contenu original destiné aux réseaux sociaux prisés par les jeunes de cet âge : YouTube, Instagram et TikTok. On y retrouvera des scènes inédites, mais ce sera aussi l’occasion pour les jeunes de donner leur avis sur des enjeux abordés pendant les épisodes.

Radio-Canada semble confiant que cette série sera un succès comme elle l’a été en Europe : une deuxième saison a déjà été confirmée, et le tournage commencera cet été.

L’effet secondaire sera diffusé les vendredis à 17h, dès le 10 janvier, sur ICI Radio-Canada Télé, et en rappel les samedis à 10h30. Les émissions seront aussi disponibles dès le 10 janvier sur Tou.tv extra (en segments de 11 minutes, plutôt que de 22 minutes).

À voir également:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.