NOUVELLES
12/02/2020 18:30 EST

École hassidique: la plaignante a été dispensée à 13 ans de ses cours séculiers

Mme Wasserstein a déclaré que l’éducation des filles dans la communauté Tash avait pour objectif de les préparer à devenir des épouses et à élever des enfants juifs.

THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes
Clara Wasserstein arrive au palais de justice de Montréal, le lundi 10 février 2020.

MONTRÉAL — Une ancienne hassidique a déclaré mercredi en Cour supérieure qu’à l’âge de 13 ans, elle avait été dispensée des cours de langue et de mathématiques, car on estimait qu’elle avait déjà suffisamment de connaissances séculières.

Clara Wasserstein et Yochonon Lowen demandent à la Cour supérieure un jugement déclaratoire contre le gouvernement du Québec, qu’ils accusent de ne pas avoir su leur assurer une éducation adéquate, comme l’exige la loi.

Le couple, qui a quitté la communauté ultra-orthodoxe Tash en 2010, soutient qu’il n’a reçu pratiquement aucune instruction laïque alors qu’il fréquentait l’école religieuse privée dirigée par cette communauté hassidique à Boisbriand, au nord de Montréal, dans les années 1980 et au début des années 1990.

Témoignant mercredi au procès, Mme Wasserstein a déclaré que l’éducation des filles dans la communauté avait pour objectif de les préparer à devenir des épouses et à élever des enfants juifs. Elle a raconté que les filles des écoles privées de la communauté recevaient un mélange d’éducation laïque et d’éducation religieuse, en yiddish, tandis que les garçons passaient plus de temps à étudier les textes sacrés de la religion juive.

Mais à partir de l’âge de 13 ans, la jeune Clara Wasserstein a été autorisée à sauter la partie laïque de la journée pour aider sa mère.

Elle a raconté au tribunal qu’elle avait environ 17 ans lorsqu’il a été convenu qu’elle épouserait Yochonon Lowen, et elle n’a jamais obtenu de diplôme d’études secondaires reconnu par le gouvernement du Québec.

À VOIR AUSSI: «C’est quoi le fleuve St-Laurent?»