BIEN-ÊTRE
04/10/2019 10:47 EDT | Actualisé 04/10/2019 10:58 EDT

Dépister la dyslexie dès le plus jeune âge est une priorité

La dyslexie touche 15 à 20 % des enfants, presque un enfant sur 5.

KatarzynaBialasiewicz via Getty Images

Confondre sa droite et sa gauche, inverser les lettres, c’est à peu près tout ce que l’on connaît de la dyslexie,  qui touche 15 à 20 % des enfants, presque 1 enfant sur 5.

La méconnaissance de la dyslexie et le manque de soutien ont pour conséquences dramatiques d’isoler et placer en situation d’échec des enfants et futurs adultes. Dépistage et formation des enseignants, inexistants, sont des priorités selon Dyslexia Canada, fondation à but non lucaratif, en ce Mois de sensibilisation à la dyslexie. 

Quelques chiffres 

- La dyslexie touche de 15 à 20 pour cent des enfants et nuit à leur capacité de lire, d’écrire et d’épeler.

- Moins d’un tiers (30 per cent) disent qu’ils pourraient reconnaître ce trouble d’apprentissage chez une personne.

- 86 pour cent des Canadiens réclament plus de fonds publics pour soutenir les enfants dyslexiques.

- Plus de 90 pour cent souhaitent que les enseignants soient mieux formés sur la dyslexie.

*Sondage Dyslexia Canada réalisé par Pollara.

La dyslexie ne se guérit pas, mais une rééducation est possible. L’enfant (et même l’adulte) peut apprendre de nouvelles méthodes pour lire et d’écrire en se construisant des stratégies pour repérer les erreurs et ainsi les corriger. Cela se fait avec l’aide d’un orthopédagogue. Mais préalablement, il faut avoir pu dépister la dyslexie qui revêt plusieurs formes.

Les signes de la dyslexie

  • Un langage tardif 
  • Une difficulté à apprendre de nouveaux mots, à construire des phrases 
  • Une difficulté à reconnaître les lettres 
  • Une incapacité à faire des rimes 
  • Une tendance à rencontrer des difficultés pour écrire son prénom 
  • Une mémoire immédiate insuffisante 
  • Une difficulté à se repérer dans l’espace

Diagnostiquer dès le plus jeune âge

«Un diagnostic précoce, l’éducation et le soutien permettent à ces enfants d’atténuer les répercussions de la dyslexie dans leur vie. Presque tous les États américains ont adopté des lois à cet égard, comme d’ailleurs la plupart des pays du Commonwealth. Le Canada n’a pas légiféré pour rendre obligatoires les tests de dépistage pour tous les enfants. C’est pourquoi nous prônons le dépistage obligatoire dans les écoles et l’imposition d’une formation à tous les enseignants du niveau primaire », explique Keith Gray, fondateur et président de Dyslexia Canada.

Le dépistage inexistant ou trop tardif a des conséquences réelles sur l’enfant dyslexique. 

 «Mes deux filles, aujourd’hui  âgées de 12 et 8 ans, sont toutes les deux dyslexiques, la plus grande plus sévèrement que la deuxième. Mon aînée avait de la difficulté à lire les sons et à apprendre. Elle ne voulait plus aller à l’école et pleurait. Elle se faisait traiter d’idiote par les autres enfants. Elle nous disait: lire, ça fait mal», explique Rachel Engler-Stringer, maman et Dr en nutrition, membre de Dyslexia Canada. 

Oliver Rossi via Getty Images

La stigmatisation et la honte rendent leur parcours scolaire plus difficile, ce qui explique notamment le taux de décrochage plus élevé, la dépression et bien d’autres problèmes psychologiques relevés.

«Le problème majeur selon nous, c’est que les enseignants ne savent pas ce qu’est la dyslexie et pensent, cliché, que la dyslexie c’est simplement le fait d’inverser les lettres ou confondre sa droite ou sa gauche. Mais c’est bien plus complexe que cela. Ils ne sont pas formés pour identifier le problème. Et la dyslexie ne se manifeste pas de la même façon chez tous les enfants», Rachel Engler-Stringer.

 Les études démontrent que si les enfants dyslexiques sont dépistés dès la maternelle, cela permet de mettre en place des interventions précoces et spécifiques à leurs besoins, et de minimiser les atteintes à l’estime de soi. 

« Il est encourageant de constater que la vaste majorité des Canadiens estiment que les personnes dyslexiques doivent recevoir plus de soutien», Keith Gray.

Pour dépister votre enfant: les Canadiens peuvent consulter le site www.DyslexiaIDA.org pour se soumettre à un test de dépistage en ligne pour les adultes ou les enfants, ou le site www.DyslexiaCanada.org/assessors pour trouver un professionnel dans leur milieu.