NOUVELLES
20/08/2019 13:49 EDT

Duckhee Lee, un joueur de tennis sourd, ne se laisse pas arrêter par son handicap

À 21 ans, il effectue sa première présence à un tournoi de haut niveau.

ASSOCIATED PRESS

À son premier service lors d’un match à un tournoi ATP, Duckhee Lee a lancé la balle en l’air et sa frappe a résonné bruyamment sur le court.

Le Sud-Coréen de 21 ans n’a toutefois rien entendu. Il est né sourd.

Le premier joueur professionnel sourd du circuit affirme qu’il ne veut pas être défini par le handicap qu’il a suffisamment surmonté pour jouer au plus haut niveau de ce sport.

Sa première présence à un tournoi de haut niveau se prolongera au moins jusqu’au deuxième tour. Lee a battu le Suisse Henri Laaksonen 7-6 (4), 6-1, lundi, au premier tour de l’Omnium Winston-Salem, et il fera maintenant face au Polonais Hubert Hurkacz, troisième tête de série.

Si cette victoire en première ronde est importante pour Lee et sa carrière, elle l’est encore davantage pour les athlètes malentendants dans tous les sports.

“Ne vous découragez pas et si vous faites de votre mieux, vous pouvez réaliser tout ce que vous voulez”, a confié Lee par le biais d’un interprète, ajoutant qu’il “ne veut pas que les gens se découragent et se dénigrent en raison de leur handicap.”

 

La capacité d’audition revêt une importance particulière au tennis. Les joueurs insistent souvent pour avoir le silence pendant les échanges pour pouvoir entendre l’adversaire frapper la balle et identifier la rotation en une fraction de seconde.

“Je ne saurai jamais ce que ça représente de jouer dans cet état, a avoué Andy Murray. Mais il fait extrêmement bien. C’est un exploit incroyable.

“Je sais à quel point l’audition est importante au tennis, a-t-il ajouté. Si je devais jouer avec des écouteurs, c’est incroyablement difficile de juger la vitesse à laquelle la balle arrive, sa rotation. Nous utilisons beaucoup nos oreilles pour évaluer le jeu.”

Lee compense avec ses yeux, en se concentrant davantage sur l’élan de son adversaire, sur la manière dont il fait contact avec la balle, sur la vitesse et l’effet de la balle qui se dirige vers lui.

Pour compliquer les choses encore davantage, il ne parle pas anglais et lit sur les lèvres au lieu d’utiliser la langue des signes. Il se fie sur les gestes de la main des arbitres pour les décisions.

Parce qu’il ne peut pas entendre le score, il mémorise les points et les jeux - ce qui peut être plus difficile encore lors d’événements de plus petite envergure dépourvus de tableaux d’affichage. Cela a créé un contretemps tôt dans le match à ses débuts au tableau principal quand il s’est installé pour servir alors que le jeu était terminé.

“Je pense que (l’arbitre) a oublié de donner le signal” de temps en temps pendant le match”, s’est-il défendu.

Getty Editorial
Duckhee Lee est actuellement classé au 212e rang de l'ATP.

Les débuts à Winston-Salem constituent une autre étape dans la progression de Lee, qui a commencé à jouer au tennis à sept ans - un an après s’être rendu compte qu’il était sourd, bien que les médecins aient diagnostiqué son état tout-petit.

“Les gens se sont moqués de (moi) à cause de mon handicap et ont dit que (je) ne devrais pas jouer”, a confié Lee, ajoutant que sa motivation était de “profiter de la vie en surmontant mon handicap.”

Lee a fait ses débuts au circuit Futures à 14 ans et a remporté huit titres avant d’avoir 18 ans. Il a ensuite atteint trois finales du circuit Challenger, dont une en juin, s’inclinant aux dépens de Dudi Sela à l’omnium Baptist Health Little Rock dans l’Arkansas.

Il se souviendra toujours de sa première victoire au plus haut niveau d’un tournoi de l’ATP cette semaine - et pas seulement à cause du résultat. Lee était à deux points de la victoire lorsque des orages ont forcé une interruption de presque cinq heures. Lui et Laaksonen sont revenus sur le court vers 22h15 et le match a été conclu après 87 secondes.

Quand on lui a demandé ce qu’il avait fait pendant cette longue pause, Lee a mimé sa réponse, imitant quelqu’un jouant au tennis de table et au basket-ball, car il y avait à la fois une table de ping-pong et une machine de tirs de basketball au salon des joueurs.

Il a souri quand son traducteur a dit à quel point “il aime les installations ici.”