NOUVELLES
01/09/2020 10:55 EDT

Donald Trump met de l'avant de nouvelles théories du complot dans une entrevue bizarre à Fox News

Durant l'entrevue, il a affirmé que les manifestants de Black Lives Matter voulaient «tuer des gens».

MANDEL NGAN via Getty Images

Le président américain Donald Trump a mis de l’avant de nombreuses théories du complot sans fondement et a attaqué les manifestants du mouvement «Black Lives Matter» tout en affirmant que ses propres partisans manifestaient pacifiquement, lors d’un long entretien avec l’animatrice de Fox News Laura Ingraham, lundi.

Lorsqu’on lui a demandé si ses partisans devaient confronter les manifestants de «Black Lives Matter» – comme ils l’ont fait dans diverses villes – Trump a déclaré que cela devrait être laissé aux forces de l’ordre. Ensuite, il a indiqué que sa base partisane était composée de «personnes formidables et travaillantes» qui ont été choquées par la violence et qui ont manifesté pacifiquement.

À Portland, dans l’Oregon, où se déroulent des manifestations depuis le meurtre par la police de Minneapolis de George Floyd en mai, un convoi de plus de 600 véhicules formé de partisans de Trump s’est promené à travers la ville lors du dernier week-end. Certains ont été filmés en train de tirer avec des fusils de paintball et du gaz poivré sur des militants de «Black Lives Matter». Un membre apparent de Patriot Prayer, un groupe de droite dont les partisans ont fréquemment eu des confrontations avec des manifestants à Portland, est mort dans une fusillade lors des violences de samedi.

«Vous savez que c’est incroyable, ils veulent protester et ils sont critiqués», a déclaré Trump. «Les autres personnes courent dans les rues, incendient les devantures de magasins, blessent les gens, battent les gens et tuent des gens.»

EN VIDÉO: La première partie de l’entrevue de Trump à Fox News


À Kenosha, dans le Wisconsin, des manifestations ont éclaté après que la police eut tiré dans le dos de Jacob Blake, un homme noir, à sept reprises le 23 août dernier. Blake est paralysé depuis l’incident, qui a été filmé et largement partagé sur les réseaux sociaux. À ce jour, aucun policier n’a été arrêté.

Trois jours plus tard, deux personnes sont mortes et une autre a été blessée lorsque Kyle Rittenhouse, un milicien blanc de 17 ans et vraisemblablement un partisan du président, aurait tiré sur des personnes qui protestaient contre l’attaque de Blake. Il a été accusé en tant qu’adulte de deux chefs de meurtre au premier degré et d’un chef de tentative de meurtre.

Lors d’une conférence de presse lundi, Trump a défendu Rittenhouse et a refusé à plusieurs reprises de condamner ses autres partisans à Portland, affirmant que les fusils de paintball étaient pour se «défendre».

Plus tard dans l’entrevue de Fox News, Trump a affirmé que des personnes «sans nom» dans «l’ombre» tiraient les ficelles derrière son adversaire démocrate, l’ancien vice-président Joe Biden. Une affirmation qui «ressemble à une théorie du complot», a répliqué Ingraham.

«Il y a des gens qui sont dans la rue, a poursuivi Trump. Il y a des gens qui contrôlent les rues.»

Il a affirmé qu’il y avait un complot secret évident pour nuire à la Convention nationale républicaine, mais a refusé de fournir des précisions.

«Nous avions quelqu’un qui montait à bord d’un avion d’une certaine ville ce week-end. Et dans l’avion, c’était presque juste des voyous, portant des uniformes foncés, ces uniformes noirs, avec des équipements et ceci et cela », a-t-il dit.

Trump a comparé le policier du Wisconsin qui a tiré sur Blake à un golfeur qui craque sous la pression en ratant un roulé facile, et a déclaré que la police était «assiégée». Il a déclaré sans fondement que Portland brûlait depuis des décennies et a affirmé que les manifestants voulaient tuer le maire démocrate Ted Wheeler. Trump a également blâmé Biden et les dirigeants démocrates à plusieurs reprises pour les agitations civiles à Portland, Kenosha et dans d’autres villes du pays.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

EN VIDÉO: La deuxième partie de l’entrevue de Trump à Fox News

À VOIR ÉGALEMENT: