NOUVELLES
15/07/2019 09:09 EDT | Actualisé 15/07/2019 10:15 EDT

Élues démocrates: Trump écrit qu'elles devraient s'excuser

Une autre salve de gazouillis qui fera jaser!

WASHINGTON — Le président Donald Trump ne s’excuse pas pour ses propos tenus sur Twitter, ce week-end, dans lesquels il affirmait que quatre élues démocrates devraient retourner dans les pays «brisés et infestés par le crime» d’où elles viennent.

Il a plutôt écrit, lundi, sur le même réseau social, qu’elles devraient s’excuser auprès de lui pour leurs remarques passées à son sujet et à propos d’Israël.

Ces nouveaux messages Twitter de Donald Trump ont été publiés au moment où la Maison-Blanche tentait de défendre ses propos du week-end, largement condamnés par les démocrates comme étant racistes. Marc Short, directeur de cabinet du vice-président Mike Pence, a affirmé lundi que ces écrits visaient des commentaires «très spécifiques» formulés par la représentante Ilhan Omar du Minnesota, née en Somalie, et non qu’ils n’étaient pas une «déclaration universelle».

«Je ne pense pas que l’intention du président soit raciste», a-t-il ajouté.

Les quatre politiciennes au Congrès sont des citoyennes américaines.

Mais alors même que M. Short parlait, les nouveaux messages écrits par Donald Trump, lundi, faisaient référence à des «politiciennes au Congrès», et non seulement à Mme Omar. Il a écrit: «Quand les élues de la gauche radicale vont-elles présenter des excuses à notre pays, au peuple d’Israël et même au bureau du président, pour leur langage grossier et leurs propos horribles? Tant de gens sont en colère contre elles et leurs actions horribles et dégoûtantes!»

Mme Omar a déclenché un tumulte bipartite à Washington il y a plusieurs mois en suggérant que les membres du Congrès soutiennent Israël pour l’argent. Une autre membre du Congrès, la représentante du Michigan Rashida Tlaib, a suscité le mécontentement de la population en utilisant un blasphème pour décrire le président et en prédisant que M. Trump serait démis de ses fonctions.

À voir: Trump s’attaque aux entreprises de médias sociaux