NOUVELLES
19/05/2020 14:27 EDT | Actualisé 19/05/2020 14:53 EDT

Donald Trump affirme qu'il en a fini avec Fox News

Trump a perdu son calme après avoir été critiqué sur le réseau pour avoir pris de l'hydroxychloroquine, un médicament qui n'a pas encore été approuvé pour traiter le coronavirus.

Le président Donald Trump dit qu’il en a fini avec Fox News, après que le présentateur Neil Cavuto lui a reproché de prendre de l’hydroxychloroquine pour éviter d’être infecté par le coronavirus.

Le médicament antipaludique n’a pas été approuvé pour le traitement ou la prévention de la COVID-19, la maladie causée par le coronavirus, mais il est devenu un sujet de conversation de prédilection dans les médias conservateurs.

Trump a déclaré lundi qu’il avait commencé à prendre le médicament après qu’au moins deux personnes à la Maison-Blanche ont reçu un diagnostic d’infection à coronavirus.

Mais M. Cavuto a averti les téléspectateurs de ne pas imiter le président.

«Si vous faites partie d’une population à risque, et que vous prenez cela comme un traitement préventif pour faire face au virus... cela vous tuera», a déclaré Cavuto. «Je ne saurais trop insister sur ce point: cela vous tuera.»

Alors que de nombreux animateurs de Fox News font régulièrement l’apologie du président ― et la présentatrice Laura Ingraham a été l’une des plus grandes partisanes, dans les médias, de la prise d’hydroxychloroquine ― les commentaires de Cavuto ont contrarié Trump.

Il a affirmé sur Twitter qu’il était prêt à «changer de chaîne»:

Les commentaires de Trump incluaient aussi des éloges à Roger Ailes, le regretté PDG de Fox News, qui a quitté le réseau après que plusieurs femmes l’ont accusé de harcèlement sexuel.

Malgré cette histoire, Ailes a été conseiller de Trump pendant la campagne présidentielle de 2016.

La colère de Trump contre le réseau a suscité une vive réponse de la part de ses détracteurs:

«Les présidents élus démocratiquement ne “recherchent pas un nouvel organe de presse”, ils ne dirigent pas de machines de propagande. La presse, dans ce pays, est censée être libre et indépendante et n’est pas davantage un outil de la présidence que le département de la Justice est censé l’être.»

«Si vous regardez au dos de votre flacon de médicaments, il devrait indiquer quels présentateurs de nouvelles sont dignes de confiance.»

«Donc maintenant, tous les médias, y compris Fox News, sont “anti-Trump”? Peut-être qu’ils sont juste tous devenus anti-stupidité, anti-mensonge, anti-incompétence, anti-échec, anti-danger, anti-maladie, anti-mort, anti-sociopathe, anti-criminel, anti-traître?»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: Donald Trump sous hydroxychloroquine