NOUVELLES
21/02/2021 16:12 EST | Actualisé 21/02/2021 16:26 EST

Don d'organes: une patiente décède après avoir reçu des poumons infectés par la COVID

La donneuse d'organes a d'abord reçu un résultat négatif au test du coronavirus. Désormais, les médecins réclament des tests plus approfondis avant les greffes.

dowell/Getty
photo d'illustration

Une femme du Michigan, aux États-Unis, a contracté la COVID-19 et est décédée l’automne dernier après avoir reçu une transplantation pulmonaire bilatérale, ont déclaré des médecins. Les organes ont été infectés par le coronavirus, même si la donneuse a initialement reçu un résultat négatif au test et n’a montré aucun signe de maladie.

Il semble qu’il s’agisse du premier cas américain confirmé de transmission de donneur à receveur du SRAS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19, selon une étude publiée plus tôt ce mois-ci dans l’American Journal of Transplantation.

«Nous n’aurions absolument pas utilisé les poumons si nous avions eu un résultat positif au test de la COVID-19», s’est défendu le Dr Daniel Kaul, directeur du service des transplantations infectieuses de Michigan Medicine et co-auteur de l’étude, à Kaiser Health News. «Tout le dépistage que nous faisons normalement et que nous pouvons faire, nous l’avons fait.»

Des prélèvement faits dans la gorge et le nez de la donneuse d’organes ― une femme décédée des suites d’une grave lésion cérébrale dans un accident de voiture ― se sont avérés négatifs à la suite du test de détection du virus. Ces échantillons sont prélevés de manière systématique, à la fois sur les donneurs et les receveurs d’organes, et subissent en tout temps le test de dépistage pour l’infection.

La femme qui a reçu la greffe était une patiente de l’hôpital universitaire d’Ann Arbor souffrant d’une maladie pulmonaire obstructive chronique. Elle a obtenu des résultats négatifs relativement à la COVID-19 plusieurs heures avant la transplantation.

Trois jours après la chirurgie, la patiente a développé une fièvre qui s’aggravait, avait une pression artérielle basse et des problèmes respiratoires. Les médecins ont décidé de prélever des échantillons dans le nez et la gorge de la patiente ainsi que dans son système respiratoire inférieur pour vérifier si elle avait la COVID-19, après qu’elle a développé un choc septique et des problèmes cardiaques. Les échantillons du nez et de la gorge se sont avérés négatifs, mais celui des voies respiratoires inférieures, lui, a été déclaré positif.

Les médecins ont ensuite testé un échantillon qu’ils avaient conservé des voies respiratoires inférieures de la donneuse. Il a été déclaré positif au virus.

L’état de la patiente a continué de s’aggraver au cours des semaines suivantes. Elle a souffert d’une défaillance d’organe multisystémique et développé une détresse respiratoire qui s’est empirée avec le temps. Elle a été traitée avec le médicament antiviral remdesivir et a reçu du plasma de convalescence à deux reprises, mais son état a continué de se détériorer.

Elle est décédée deux mois après avoir reçu la greffe pulmonaire bilatérale.

Le chirurgien qui a effectué la transplantation a reçu un résultat positif au test de la COVID-19 quatre jours après l’opération. Il est tombé malade, mais s’est rétabli quelque temps plus tard. Dix autres membres de l’équipe de transplantation ont obtenus des résultats négatifs au test du virus.

Le dépistage génétique a révélé que la receveuse d’organes et le chirurgien sont extrêmement susceptibles d’avoir été infectés par les poumons du donneur.

Près de 40 000 greffes ont été effectuées aux États-Unis en 2020, ce qui suggère que ce type de transmission de COVID-19 est extrêmement rare. Il semble peu probable que les donneurs non pulmonaires ― ceux qui donnent des organes tels que les reins, le cœur et le foie ― transmettent le virus même s’ils en sont atteints, a expliqué Kaul.

Pourtant, l’affaire a incité les médecins à demander des tests plus approfondis des donneurs.

L’Organ Procurement and Transplantation Network, qui supervise les greffes aux États-Unis, n’exige pas un test de routine de la COVID-19 de la part des donneurs. Les résultats de l’étude suggèrent la nécessité d’établir des tests plus approfondis avant les transplantations, en particulier dans les zones à taux d’infection élevé, a précisé Kaul à Kaiser Health News.

De plus, les travailleurs de la santé présents lors de la greffe n’étaient dans ce cas pas tenus de porter des masques N95 et des lunettes de protection, car le donneur et le receveur s’étaient avérés négatifs au test de la COVID-19. Les médecins qui ont rédigé cette étude soutiennent que le personnel hospitalier devrait envisager de porter à la fois des masques N95 et une protection oculaire à l’avenir, même si les donneurs et les receveurs ont obtenu des résultats négatifs au test de la COVID.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: Aux États-Unis, la vaccination au défi des intempéries