NOUVELLES
06/12/2019 15:24 EST

Le Doc Mailloux et Rima Elkouri enterrent la hache de guerre

Le controversé psychiatre a admis avoir violé et interprété «librement et en [sa] faveur» une entente de confidentialité avec La Presse et sa chroniqueuse.

Courtoisie Radio-Canada
Le psychiatre Pierre Mailloux, alias Doc Mailloux. (Courtoisie Radio-Canada)

Empêtrés dans une saga judiciaire depuis avril 2016, le psychiatre Pierre Mailloux et la chroniqueuse Rima Elkouri, de La Presse, ont finalement trouvé un terrain d’entente et abandonné leurs poursuites respectives. 

Le litige entre le Doc Mailloux et la chroniqueuse a débuté en avril 2016, lorsque le psychiatre a intenté une poursuite pour diffamation contre La Presse et sa journaliste.

Il alléguait que Mme Elkouri l’avait accusé d’être «raciste» dans sa chronique du 12 avril 2016, intitulée Le cercle de feu.  

«Le raciste, c’est bien connu, c’est toujours l’autre. Moi, j’ai un ami marocain. Et le Doc Mailloux a un ami et un demi-frère noir, il n’est donc pas raciste non plus. Et Trump ? Sa femme Melania, elle-même immigrée, nous assure qu’il n’est pas raciste... Pas sexiste non plus, car, voyez-vous, sa femme est une femme», écrivait Mme Elkouri. Il s’agit du seul passage de la chronique qui mentionne le Doc Mailloux.

Une entente confidentielle

Quelques mois plus tard, le quotidien et le psychiatre en étaient parvenus à une entente à l’amiable, qui devait demeurer confidentielle.

En vertu de cette entente, le quotidien acceptait de verser un montant à Pierre Mailloux « à titre de remboursement des frais engagés [par lui] pour les fins de la présente cause et dans le but de terminer la poursuite du présent litige ainsi que prévenir toute contestation à naître découlant des faits mentionnés dans ces procédures […] ».

Toutefois, le Doc Mailloux a eu une interprétation toute autre de l’arrangement lorsqu’il a pris le micro pour en parler le 25 novembre 2016. Il a notamment affirmé que La Presse l’avait «dédommagé» et qu’il avait obtenu des «excuses» pour les propos tenus dans la chronique de Mme Elkouri.

Twitter/Rima Elkouri
Rima Elkouri

Quelques jours plus tard, il avait ajouté dans des entrevues à divers médias que la somme qu’il avait reçue était «satisfaisante». «Je crois que Mme Elkouri ne répétera jamais les propos tenus à mon égard. Le signal que j’envoie est très clair: si vous traitez Mailloux de raciste, vous avez intérêt à préparer votre chéquier», avait-il affirmé, comme le relatait à l’époque le Journal de Québec.

Cette version des faits a piqué La Presse au vif, le quotidien et la chroniqueuse sommant rapidement le Doc Mailloux de se rétracter.

«La Presse et Rima Elkouri n’avaient aucunement reconnu avoir diffamé monsieur Mailloux et ne s’étaient pas excusés des propos diffusés à son sujet», a résumé vendredi La Presse par voie de communiqué.

L’organisation réclamait le remboursement des sommes versées dans le cadre de l’entente survenue à la fin octobre et de payer 100 000 $ en dommages. Le Doc Mailloux avait de nouveau répliqué avec sa propre poursuite.

Le Doc Mailloux «regrette»

Ce vendredi 6 décembre, La Presse a annoncé que les deux parties avaient laissé tomber toutes les poursuites, après que le Doc Mailloux eut fait part de ses remords.

«C’est dans le feu de l’action d’une émission radiophonique et emporté par l’émotion du moment que je me suis laissé aller à répondre à mon co-animateur en révélant en partie l’entente de règlement confidentielle intervenue avec La Presse et madame Rima Elkouri et en l’interprétant librement et en ma faveur», aurait-il déclaré selon le communiqué émis par La Presse.

La directrice des communications pour La Presse, Florence Turpault-Desroches, a affirmé au HuffPost Québec que Mme Elkouri n’émetterait pas de commentaire.