Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«District 31»: on vous l'avait dit!

Il ne faut jamais se fier trop vite aux apparences. Surtout pas dans «District 31»...

Ce fut une semaine particulièrement chargée du côté de District 31, entre les histoires de complot, de jalousie extrême et de violence conjugale, et la santé mentale de plus en plus précaire du patrouilleur Nesly Bonnet (Karl Walcott).

Un sujet qui a mené à une superbe scène entre Bonnet et Daniel Chiasson (Gildor Roy), où ce dernier lui a dévoilé sa grande vulnérabilité sous ses apparences de tough en lui présentant ses multiples flacons de pilules, tout en lui faisant part de son besoin indispensable de consulter pour être en mesure d’exercer ses fonctions.

Une séquence que nous pouvions aussi prendre comme un avertissement en ce qui a trait à cette fameuse ligne à ne pas franchir, au prix à payer lorsque la soif de vengeance est assouvie.

Un conseil que Nesly a malheureusement décidé de ne pas écouter.

Puis, dans l’épisode diffusé ce jeudi 21 janvier, l’auteur Luc Dionne avait enfin des bonnes nouvelles à offrir à Patrick Bissonnette (Vincent-Guillaume Otis) et ses collègues.

ATTENTION: DIVULGÂCHEURS

En décembre dernier, à la suite de la diffusion du dernier épisode avant la pause des Fêtes, nous avions émis l’hypothèse qu’Yves Jacob (Marc Fournier) n’avait pas réellement rejoint les rangs du Service des enquêtes indépendantes, et qu’il avait plutôt été placé là par Carl St-Denis (Hugo Dubé) pour garder un oeil sur Mélissa Corbeil (Brigitte Paquette) et Louis Bourgoin (Stéphane Demers)

Une théorie qui fut enfin confirmée avec la présentation d’une rencontre au sommet entre St-Denis et Jacob, au cours de laquelle ce dernier le rassurait sur les méthodes des enquêteurs du 31 tout en faisant part de ses doutes grandissant envers Mélissa Corbeil.

Pour la première fois depuis un (très) long moment, Patrick Bissonnette s’est montré clairvoyant en traitant Jacob comme une personne digne de confiance, et ce, même s’il côtoie sa pire ennemie sur une base quotidienne.

Il faut dire que Jacob avait aussi fait rapidement le tour de la question concernant le coup monté entourant la fameuse arrestation de Mélissa Corbeil pour ivresse au volant.

Des questions ont été posées, des réponses ont été données, et on n’est pas allé plus loin.

Et si Mélissa Corbeil et Louis Bourgouin venaient à tomber grâce à Jacob, il ne serait pas si étonnant de voir un badge de sergent-détective l’attendre soudainement sur un plateau d’argent derrière les portes du 31.

Un revirement qui serait franchement une bonne chose considérant l’arc dramatique du personnage, que l’auteur a rendu de plus en plus sympathique à la cause de ses protagonistes au fil des saisons, et que le comédien Marc Fournier campe admirablement depuis le début.

Yves Jacob a tout fait pour enterrer la hache de guerre et mettre son ego de côté pour rejoindre les rangs d’un corps policier tissé serré qui, de son côté, s’est montré inutilement réticent à en faire autant.

Rien n’est jamais simple avec Luc Dionne!

On jase là...

Allons-y d’une (autre) petite théorie «farfelue», voulez-vous?

Autant il peut passer pour la pire des crapules, autant Nick Romano (Mathieu Baron) en mène très (TRÈS) large en ce moment en touchant à peu près à tout ce qui intéresse le SPGM et les Services Secrets.

Il a développé d’étroites relations avec Pascale Lanier (Caroline Néron) et Francis Garand (Frédérick De Grandpré), la maîtresse et un ami proche de Louis Bourgoin dont les frasques pourraient causer bien du tort au nouveau ministre de la Sécurité publique… et à qui Carl St-Denis rêve de passer les menottes.

Tout porte à croire, évidemment, que Nick a joué un rôle dans le meurtre de Virginie Francoeur, afin de mettre la main sur la fameuse clé donnant accès aux diamants volés par François Labelle (Peter Miller). Deux personnes et un magot toujours très convoités par les Services Secrets...

Ça ne vous rappelle rien?

Cela étant dit, Maxime Blais (François Chénier) continue de parler de Nick Romano aux enquêteurs comme d’une personne d’intérêt.

Mais d’un autre côté, Daniel Chiasson avait dû attendre un bon moment avant d’être informé que Laurent Cloutier n’était pas réellement passé du côté du crime organisé.

Nick Romano fait également tout pour brouiller les pistes pour les enquêteurs du SPGM et du SEI en leur mentant carrément ou en leur racontant une version déformée des faits.

Mais d’un autre côté, quoi de mieux qu’une perquisition dans une maison vacante pour éviter d’élever les soupçons au mauvais moment?

Plus sérieusement, il est fort probable que l’histoire ne se répètera pas, et que Nick Romano est effectivement une crapule qui joue trop gros.

Peut-être que l’auteur utilise habilement cette impression de déjà-vu, cette accumulation de «hasards», pour nous mener toujours plus en bateau.

Encore une fois, rien n’est jamais simple avec Luc Dionne.

Ou, justement, la solution le sera-t-elle davantage cette fois-ci?

District 31 est diffusée du lundi au jeudi à 19h, sur les ondes d’ICI Télé.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.