DIVERTISSEMENT
27/11/2020 10:39 EST | Actualisé 27/11/2020 10:45 EST

«District 31»: Nick Romano, le nouveau Laurent Cloutier?

Mathieu Baron prend de plus en plus ses aises dans la peau de ce personnage qu'on adore détester...

Facebook/District 31

Revenons trois ans en arrière.

Laurent Cloutier (Patrick Labbé), un enquêteur déchu, refait surface après un court séjour derrière les barreaux et tente de créer des liens avec le membre se situant au sommet de la hiérarchie des Sixers.

Cette saison, Nick Romano (Mathieu Baron), un enquêteur déchu, refait surface après un court séjour derrière les barreaux et tente de créer des liens avec le membre se situant au sommet de la hiérarchie des Sixers.

Bon, cette comparaison a certainement ses limites.

D’autant plus que beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis les événements des deux premières saisons. À l’époque, nous pouvions encore avoir l’impression que les enquêteurs du 31 étaient aussi blancs que la neige qui vient tout juste de tomber, et non salie comme celle qui attend patiemment la gratte dans les rues de Montréal quatre jours après la tempête.

Menteur, menteur

Mais il y a tout de même plusieurs parallèles à dresser dans la façon dont l’auteur Luc Dionne écrit et utilise les deux personnages.

En ce moment, Nick Romano fait partie d’un groupuscule d’individus qui ne semblent manger, dormir et respirer que pour haïr les troupes de Daniel Chiasson (Gildor Roy). Nous ne sommes d’ailleurs pas si loin des «Sinister Six» dans Spider-Man. Enfin, passons...

Et visiblement, l’auteur a un plaisir fou à utiliser le caillou dans le soulier de ces sergents-détectives comme un homme en mission capable de mentir et d’utiliser la moindre ressource à sa disposition pour semer le doute et le chaos. Et comme Laurent Cloutier, Nick Romano le fait toujours avec le sourire aux lèvres.

On l’a particulièrement vu cette semaine lorsqu’il a su placer ses pions au cours d’un interrogatoire en se servant des connaissances accumulées du temps qu’il était un enquêteur estimé.

Dans un cas comme dans l’autre, la stratégie au départ était de retourner la police contre elle-même.

Peu importe que la machination produise l’effet escompté. L’important, c’est de forcer l’adversaire à réagir.

À l’instar de Patrick Labbé, Mathieu Baron prend de plus en plus ses aises dans la peau de ce personnage imprévisible, qui a toujours la bonne réplique pour faire face à toutes les situations, pour «picosser» là où ça dérange, et ce, avec un maximum d’arrogance.

Bref, tout comme Laurent Cloutier, Nick Romano devient de plus en plus un exemple de personnage qu’on adore détester, et dont on ne peut qu’en redemander.

Même destin?

Nous nous garderons évidemment une petite gêne pour ce qui est de tenter de prédire la suite de l’intrigue.

Un revirement de situation époustouflant à l’image de celui auquel nous avons eu droit dans le cas de Laurent Cloutier serait-il envisageable avec Nick Romano? Il ne serait pas surprenant que même Luc Dionne ne connaisse pas la réponse à cette question à l’heure actuelle.

Il faut dire que l’auteur avance toujours en se gardant toujours assez de latitude pour faire bifurquer sa trame dramatique à tout moment.

Les confrontations beaucoup plus directes de Nick Romano contre le 31 nous poussent néanmoins à croire que non.

Mais ce que nous avons certainement appris après 524 épisodes, c’est qu’il ne faut jamais dire jamais dans District 31...

District 31 est diffusée du lundi au jeudi à 19h, sur les ondes d’ICI Télé.