POLITIQUE
22/10/2019 01:56 EDT | Actualisé 22/10/2019 03:08 EDT

Justin Trudeau assure avoir entendu le message des Québécois

«Vous voulez continuer d’avancer avec nous, mais vous voulez vous assurer que la voix du Québec se porte encore plus à Ottawa...»

Les résultats ont été serrés, surtout en début de soirée, mais beaucoup moins que ce à quoi on s’attendait… Les électeurs canadiens ont finalement décidé de réitérer leur confiance envers Justin Trudeau. C’est toutefois un gouvernement minoritaire qui prendra place à Ottawa, avec une trentaine de sièges de plus que les conservateurs.

«Vous avez voté en faveur d’un agenda progressif et d’actions concrètes contre les changements climatiques», a résumé Justin Trudeau, lorsqu’il a fait son entrée sur la scène du Palais des congrès de Montréal, là où avait lieu le rassemblement libéral. 

Il est apparu sur scène les traits tirés, peu après 1h, sur les notes de sa fameuse chanson de campagne (version améliorée), Levons la main. Justin Trudeau a d’ailleurs interrompu le discours de son adversaire conservateur Andrew Scheer, après que ce dernier eut fait de même avec le chef néo-démocrate Jagmeet Singh.

Justin Trudeau s’est notamment adressé spécifiquement aux Québécois.

«Mes chers Québécois, j’ai entendu votre message ce soir. Vous voulez continuer d’avancer avec nous, mais vous voulez vous assurer que la voix du Québec se porte encore plus à Ottawa... Et je vous donne ma parole: mon équipe et moi serons là pour vous.»

Trudeau a insisté plus d’une fois, avec sa voix cassée, sur le fait que l’environnement était l’enjeu le plus important dans ce nouveau mandat que les Canadiens lui ont confié.

«On sait qu’on a énormément de travail à faire. Je vous donne ma parole: on va continuer ce qu’on a commencé.»

Paul Chiasson/La Presse canadienne
Le chef libéral Justin Trudeau et sa femme Sophie Grégoire Trudeau arrivant sur scène.

Les partisans ont applaudi leur chef avec enthousiasme, même si la soirée avait commencé de façon plutôt timide. Il aura en fait fallu attendre la fermeture des bureaux de vote au Québec, soit 21h30, avant qu’il y ait un peu d’ambiance au Palais des congrès, dans une salle à moitié vide.

C’est à 22h08 que Radio-Canada a fait sa première prédiction en faveur des libéraux, et la foule a jubilé.

Un jeune homme se déplaçant en quadriporteur s’est même levé de son fauteuil pour exprimer sa joie.

«Quatre ans de plus», scandaient en anglais des partisans, en espérant que les résultats pointent vers un gouvernement majoritaire. Leur souhait ne s’est finalement pas concrétisé.

Ryan Remiorz/La Presse canadienne
Des partisans libéraux réagissent à la prédiction d'un gouvernement libéral minoritaire, au Palais des congrès de Montréal.

«Je suis très surpris des résultats», a confié Marc Bustamante, bénévole pour la campagne du candidat libéral Steven Guilbeault, élu dans la circonscription montréalaise de Laurier–Sainte-Marie. 

Le bénévole de 38 ans était visiblement aux anges, admettant qu’il ne s’attendait pas à ce qu’autant de sièges soient remportés par le Parti libéral du Canada.

«On était vraiment nerveux, ce matin, a-t-il ajouté. On a fait sortir la machine aujourd’hui, on a fait du porte-à-porte.»

«Nous avons travaillé très fort», a renchéri Joanne Simpson, une autre bénévole qui se réjouissait des résultats.

La foule s’est d’ailleurs enflammée quand l’environnementaliste Steven Guilbeault, fraîchement élu, est débarqué dans la salle. «Steven, Steven, Steven!» scandait-t-elle.

Pendant ce temps, ironiquement, c’est dans des verres de plastique que les partisans heureux dégustaient leur bière (alors que le gouvernement de Justin Trudeau a annoncé, avant la campagne électorale, qu’il interdirait le plastique à usage unique).

Un peu plus loin, des partisans étaient beaucoup moins enthousiastes. Avec les minutes qui avançaient et les gains libéraux qui stagnaient, leur espoir de voir un gouvernement libéral majoritaire s’amenuisait. 

«C’est le Bloc québécois qui nous a volé ces sièges-là. Moi, j’appelle ça du vol!» a lancé une dame qui a préféré ne pas s’identifier. «Je suis trop déçue», a-t-elle expliqué.

Fait intéressant: en termes de vote populaire, les libéraux et les conservateurs sont demeurés au coude-à-coude, tel que prévu… ce qui a fait dire à certains que Justin Trudeau a probablement bien fait de ne pas réaliser sa promesse de réformer le mode de scrutin.