NOUVELLES
02/07/2019 08:28 EDT

Un deuxième cas de rougeole confirmé à Laval

La liste des lieux publics exposés au virus au cours des dernières semaines s'allonge.

LeventKonuk via Getty Images

Il n’y a pas que le Carrefour Laval qui aurait été exposé au virus de la rougeole au cours des dernières semaines, mais bien une longue liste de lieux publics lavallois, révèle le ministère de la Santé et des Services sociaux dans un nouveau communiqué diffusé lundi.

Les autorités invitent la population à consulter la liste des endroits ainsi que les dates et les heures où ont pu se trouver des personnes contagieuses atteintes de la rougeole. Cet appel survient alors qu’un deuxième cas de rougeole a été confirmé en seulement quelques jours dans la région de Laval.

Ces deux cas découlent d’une première personne qui aurait contracté le virus à l’étranger. Cette dernière a circulé au Carrefour Laval pendant près d’une demi-heure, plus tôt ce mois-ci, et il n’en a pas fallu plus pour propager la maladie.

«Ça démontre l’extrême contagiosité du virus de la rougeole», souligne le directeur de la santé publique du Québec, le docteur Horacio Arruda.

«Les gens toussent et ça peut rester dans l’air pendant deux heures. Même si vous n’avez pas vu la personne, si vous êtes dans la même pièce ou vous circulez dans la même zone, vous pouvez l’attraper.»

 

Les lieux publics identifiés par le ministère sont le magasin Walmart de l’autoroute Chomedey; le café Second Cup ainsi que les aires communes et boutiques près de la porte 2 du Carrefour Laval; le club de gymnastique Laval Excellence du boulevard Saint-Martin Est; et le restaurant L’Œufrier, le magasin Dollorama, de même que la pharmacie Proxim, tous trois sur le boulevard des Laurentides.

Les autobus 20 et 70 du Service de transport de Laval, à certaines heures précises dans la journée du 26 juin, apparaissent également dans les endroits à risque. 

Les personnes présentes dans ces divers lieux aux dates et heures mentionnées dans la liste complète, disponible en ligne, pourraient avoir été exposées au virus de la rougeole, prévient le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Les personnes qui risquent de subir des complications — les bébés âgés de moins d’un an, les personnes au système immunitaire affaibli et les femmes enceintes qui ne sont pas adéquatement vaccinées — sont invitées à communiquer rapidement avec Info-Santé 811 pour recevoir une injection d’anticorps préventive.

Quant aux autres personnes potentiellement exposées, les autorités leur recommandent plutôt de rester à l’affût de l’apparition des symptômes, qui peuvent mettre une ou deux semaines à se manifester. Les principaux symptômes de la rougeole sont une fièvre importante, suivie de rougeurs sur le corps.

Un taux de vaccination «relativement bon»

Dès l’apparition du premier cas, les autorités s’attendaient à ce que le virus se propage quelque peu, affirme le docteur Arruda,  même s’il ne s’agit «pas du tout de la même situation que l’on voit à New York ou par exemple en France, où il y a des milliers de cas».

«Si l’on voulait avoir une bonne immunité de masse, il faudrait (un taux de) 95 pour cent de vaccination. On est à 87 pour cent chez les élèves du secondaire actuellement», explique-t-il. 

Et toute tendance à la baisse est étroitement surveillée puisqu’elle peut entraîner la réapparition de maladies très sévères, a-t-il ajouté lors d’une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Bien que le vaccin contre la rougeole n’a pas une efficacité absolue, il minimise à tout le moins la gravité des symptômes, fait valoir le docteur Arruda, qui invite les gens à s’assurer d’avoir bien été immunisés et à contacter l’Info-Santé 811 ou leur CLSC si ce n’est pas le cas.

Sur les trois personnes infectées, deux avaient été vaccinées.

Le ministère de la Santé rappelle que toute personne présentant des symptômes de la rougeole devrait limiter ses contacts avec autrui et consulter un médecin après avoir avisé la clinique de son arrivée, car le virus voyage dans l’air par les gouttelettes venant du nez et de la gorge des malades.

Ceux-ci peuvent être contagieux dans les quatre jours précédant et suivant l’apparition des rougeurs.

À VOIR AUSSI: