POLITIQUE
28/06/2019 08:48 EDT

Deux écoles anglophones transférées à la Pointe-de-l'Île

Le ministre québécois de l'Éducation a finalement tranché.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne

MONTRÉAL — Deux écoles anglophones seront transférées à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPI) en raison du manque d’espace dans les services scolaires francophones.

La Commission scolaire English Montreal (CSEM) devra se départir de l’école primaire General Vanier et de l’école secondaire John Paul I, à Saint-Léonard.

L’école primaire Gerald McShane, à Montréal-Nord — qui faisait aussi partie des discussions ces dernières semaines —, conservera sa vocation anglophone.

English Montreal a exprimé sa «profonde déception», jeudi, à l’égard de l’annonce du gouvernement du Québec.

La commission scolaire anglophone a publié intégralement sur son site internet une lettre du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, envoyée aux parents de la CSEM. Radio-Canada avait auparavant fait état de cette lettre expliquant le transfert de deux écoles anglophones à la CSPI.

Décision difficile

Le ministre y parle d’une «décision difficile» du gouvernement, prise parce que des élèves «se voyaient refuser des installations auxquelles tout enfant devrait avoir accès dans son école».

Le mois dernier, M. Roberge avait fait valoir que le taux d’occupation d’écoles de langue anglaise était faible alors qu’à la prochaine rentrée scolaire, la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île sera à court de 3000 places pour recevoir sa clientèle.

La commission scolaire anglophone avait déposé une offre de cohabitation de ses écoles; cette proposition avait été rejetée par l’autre commission scolaire.

English Montreal a annoncé la tenue d’une assemblée publique à l’intention des parents, des administrateurs et des membres du conseil d’établissement des deux écoles touchées, mardi soir prochain, à Saint-Léonard. Lors de cette réunion, un plan d’urgence sera présenté.

«Nous sommes très déçus de cette nouvelle et avons tout mis en œuvre pour sauver ces bâtiments scolaires», a déclaré la présidente d’English Montreal, Angela Mancini. «Nous allons maintenant examiner tous les recours disponibles.»