Vivre

La détox techno ne sert absolument à rien

C'est la conclusion à laquelle arrivent deux chercheurs en psychologie.

Les détoxications numériques sont une solution qui se cherche un problème.

C'est ce qu'affirment deux chercheurs en psychologie, qui avancent que l'utilisation des médias sociaux, ou des outils technologiques en général, «n'est pas un problème en soi».

David A. Ellis, de l'Université Lancaster, et Brittany I. Davidson, de l'Université de Bath, indiquent qu'il y a très peu de résultats scientifiques permettant de conclure qu'une détox pourrait avoir un quelconque apport bénéfique, même que cela pourrait avoir des effets négatifs.

Un nombre important d'études, comme celle-ci, lie une utilisation élevée de la technologie à un manque de sommeil, à une augmentation des symptômes de dépression et à de plus haut niveaux d'anxiété.

Le problème que voient Ellis et Davidson, c'est que les participants à ces études rapportent eux-mêmes leurs symptômes via un questionnaire. C'est donc difficile de dire s'ils utilisent davantage les réseaux sociaux, par exemple, parce qu'ils sont dépressifs, ou s'ils sont dépressifs parce qu'ils utilisent davantage les réseaux sociaux.

Lorsque le temps d'écran est mesuré automatiquement, la sévérité de l'anxiété et de la dépression n'est pas liée au temps passé devant l'écran.

Récemment, le Royal College of Paediatrics and Child Health du Royaume-Uni, qui représente les docteurs spécialisés en soins des enfants, a assuré que le temps écran n'était pas «toxique» pour la santé. Et la maladie du selfie? Une fausse nouvelle.

Bref, les utilisateurs tentés par la «détox» pourraient finalement avoir plus à perdre de lâcher les réseaux sociaux ou de ranger leur téléphone intelligent. Les téléphones intelligents permettent de communiquer et de socialiser, deux choses qui amènent du bonheur. «Pas surprenant que plusieurs études démontrent qu'un retrait complet des réseaux sociaux peut créer de l'insatisfaction, de l'ennui, un sentiment de pression sociale et la peur», écrivent Ellis et Davidson.

Faites ce que vous voulez, nous, nous allons garder nos comptes ouverts!