NOUVELLES
12/07/2019 08:23 EDT | Actualisé 12/07/2019 16:02 EDT

Desjardins: des renseignements déjà hors du pays?

Le Journal de Montréal rapporte que des groupes criminels de pays étrangers auraient déjà entre les mains des renseignements de clients de Desjardins.

MONTRÉAL — L’ancien employé du Mouvement Desjardins qui est soupçonné d’avoir volé les renseignements personnels de 2,9 millions de clients en aurait vendu une partie à des groupes criminels de pays étrangers, selon ce que rapporte vendredi Le Journal de Montréal.

L’ex-employé, qui a été congédié après que ses patrons aient pris connaissance de ses malversations, aurait eu des communications avec une douzaine d’individus liés de près ou de loin à différents groupes criminels tels des gangs de rue et la pègre étrangère.

Des enquêteurs de police ont confié au journal que dans les circonstances, ils craignaient pour la sécurité de juges, de procureurs de la Couronne et de policiers en raison de la possibilité que leurs renseignements personnels soient désormais entre les mains de malfaiteurs.

Les enquêteurs croient que l’ex-employé de Desjardins aurait utilisé l’internet clandestin, communément appelé le dark web, pour communiquer avec des malfaiteurs intéressés à acheter les renseignements volés.

Jeudi, un porte-parole du Mouvement Desjardins a affirmé au Journal de Montréal que la coopérative n’était pas au courant des découvertes de la police dont l’enquête a progressé rapidement au cours des derniers jours, semble-t-il. L’enquête a été amorcée en décembre dernier par le Service de police de Laval (SPL); la Sûreté du Québec (SQ) y participe depuis deux semaines.

Lundi prochain, le Comité permanent de la sécurité publique et nationale tiendra une audience à la Chambre des communes sur la fuite de données au Mouvement Desjardins.

Seulement 11% des victimes inscrites

Par ailleurs, trois semaines après que le Mouvement Desjardins eut levé le voile sur un vol massif de données personnelles, à peine 11 pour cent des membres particuliers touchés – environ 300 000 – sont inscrits au service de surveillance assuré par Equifax.

En faisant le point, vendredi en fin d’après-midi, le groupe coopératif financier a indiqué que 93 pour cent des lettres avaient été expédiées aux membres touchés.

Le 20 juin, Desjardins avait annoncé que les informations personnelles de 2,7 millions de membres particuliers et 137 000 entreprises avaient été dérobées par un employé _ qui a depuis été congédié.

À la suite de nombreuses plaintes, des mesures complémentaires avaient été mises en place afin de faciliter l’activation du service de surveillance.

L’implantation de ces mesures est terminée, selon la coopérative, qui a rappelé qu’il était possible de s’inscrire par l’entremise du site web d’Equifax. Les membres peuvent également s’inscrire en appelant Desjardins, en se rendant sur AccesD et activer eux-mêmes les mesures de protection ou dans le réseau des caisses.

À voir: