POLITIQUE
18/09/2019 19:26 EDT

Des invités gênants à l'investiture d'un candidat libéral

Le journal local L’Express de Drummondville rapporte que deux individus liés au crime organisé, par le passé, étaient présents pour soutenir la candidature de M. Morales.

Facebook/William Morales
Le candidat libéral dans Drummond, William Morales

Le nouveau candidat libéral dans Drummond, William Morales, se serait peut-être passé de la présence de deux invités présents à sa cérémonie d’investiture, mardi soir.

Le journal local L’Express de Drummondville rapporte que deux individus liés au crime organisé, par le passé, étaient présents pour soutenir la candidature de M. Morales.

Julian Andrey Mazuera avait été condamné à 10 ans de prison, en 2013, pour importation de cocaïne en provenance de la Colombie. Il a été arrêté dans le cadre de l’opération Loquace de la Sûreté du Québec.

Sa conjointe, Ana Milena Padilla Vaquero, a pour sa part été à la tête d’un stratagème pour inviter des personnes immigrantes à frauder l’aide sociale. Elle a reçu en 2016 une peine de 12 mois à purger dans la collectivité.

Questionné au sujet de la présence de ces invités gênants, l’organisateur en chef de M. Morales, Jacques Sigouin, a précisé que ces deux individus n’étaient «pas des amis» de M. Morales, mais bien des «connaissances».

M. Sigouin a par ailleurs ajouté qu’ils avaient purgé leurs peines respectives, qu’ils avaient été réhabilités par la société et qu’ils participaient à un exercice démocratique de leur plein droit.

M. Morales, lui aussi d’origine colombienne, est un conseiller municipal de la Ville de Drummondville depuis 2013. Il a remporté l’investiture libérale mardi soir contre Julie Lemieux, la mairesse de Très-Saint-Rédempteur.

Le candidat libéral a tenu à rectifier le tir mercredi soir sur sa page Facebook quant à la nature de sa relation avec les deux individus en question.

«Ces personnes ne sont pas impliquées dans ma campagne et toute suggestion du contraire est sans fondement», y indique-t-il. «J’entretiens bien sûr des rapports avec les membres de la communauté hispanophone de Drummondville, mais je n’ai pas de relations de proximité avec ces deux personnes», affirme-t-il.

Il termine en disant: «Dans le cadre de mes fonctions actuelles, j’ai l’occasion d’échanger avec de nombreuses personnes issues de différentes communautés, mais je me suis toujours comporté d’une façon irréprochable et intègre.»

À VOIR AUSSI: Chanson en français: les libéraux font volte-face