POLITIQUE
13/05/2020 15:27 EDT | Actualisé 13/05/2020 15:28 EDT

L'incertitude empêche le dépôt d'un budget, soutient Trudeau

Le gouvernement éprouve des difficultés à établir des prévisions économiques non seulement pour les prochaines années, mais même pour les prochaines semaines, selon Trudeau.

Adrian Wyld/PC

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau refuse de dire quand son gouvernement va déposer un budget ou présenter une mise à jour économique, justifiant sa position par l’incertitude qui entoure la pandémie de la COVID-19.

Le premier budget depuis la réélection du gouvernement libéral l’automne dernier n’a pas été déposé comme prévu en mars puisque les travaux de la Chambre des Communes ont été suspendus en raison du coronavirus.

Selon Justin Trudeau, le gouvernement éprouve des difficultés à établir des prévisions économiques non seulement pour les prochaines années, mais même pour les prochaines semaines.

Ottawa a cependant l’intention de tenir les contribuables informés de toutes ses dépenses pendant la crise.

Les dépenses fédérales liées à la lutte au coronavirus approchent les 150 milliards $, sans compter les dizaines de milliards supplémentaires en prêts et reports d’impôts consentis pour aider les compagnies à couvrir leurs frais, ce qui devrait faire augmenter le déficit de 10 fois sa valeur cette année.

Mardi, le directeur parlementaire du budget a déclaré à un comité de la Chambre des Communes que le déficit serait probablement supérieur à 250 milliards $, contrairement à l’estimation de 28,1 milliards $ avancée dans la mise à jour économique des libéraux en 2019.

Yves Giroux a aussi averti que toute l’aide d’urgence versée ainsi que les dépenses possibles pour aider à la relance post-pandémie feraient probablement passer la dette nationale à 1 billion $.

«Contrairement aux récessions ou ralentissements économiques précédents, il s’agit d’une situation sans précédent, a déclaré M. Trudeau mercredi. C’est une situation sanitaire qui nous a obligés à choisir de mettre sur la glace une importante partie de notre activité économique au pays afin d’assurer la sécurité des Canadiens.»

Justin Trudeau a fait ces commentaires lors de sa conférence de presse quotidienne, mercredi matin, après avoir informé les entreprises saisonnières et touristiques qui ne se qualifient pas pour les programmes d’aide financière fédéraux qu’elles peuvent s’adresser aux agences régionales de développement économique.

Le fonds d’aide régional de 962 millions $ aidera aussi quelques organismes sans but lucratif qui offrent du financement unique que les entrepreneurs ne peuvent obtenir auprès de prêteurs habituels.

Perrin Beaty, le président de la Chambre de commerce du Canada, a déclaré par communiqué que cet argent allait apporter une aide dont les petites et moyennes entreprises ne répondant pas aux critères des programmes d’aide fédéraux ont grandement besoin.

«Tandis que nous commençons le troisième mois de confinement économique, plusieurs entreprises qui ne se sont pas qualifiées pour l’aide gouvernementale ont un urgent besoin d’aide, a-t-il dit. Pour certaines d’entre elles, il est malheureusement trop tard.»

Le premier ministre Trudeau a aussi déclaré mercredi que les étudiants pourront s’inscrire à la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE), un programme de quelque 9 milliards $ prévu pour les étudiants qui ne se sont pas qualifiés au PCU de quelque 35 milliards $.

La PCU a jusqu’ici versé 30,5 milliards $ à plus de 7,8 millions de personnes.

Les conservateurs ont questionné les libéraux au sujet de fraudes potentielles dans ce programme d’aide. Le gouvernement a répondu que tous ceux qui auront reçu frauduleusement des paiements devront rembourser lors de la remise de leur prochaine déclaration de revenus.