NOUVELLES
01/08/2019 15:42 EDT | Actualisé 01/08/2019 15:42 EDT

Un demandeur d'asile qui doit être déporté en Guinée craint pour sa vie

«C’est la mort qui m’attend. Rien que ça.»

Tony Studio via Getty Images

Un demandeur d’asile qui dit craindre pour sa vie en raison de son orientation sexuelle sera vraisemblablement déporté vers la Guinée ce samedi 3 août. Malgré l’abondance de preuves dont son avocat dit disposer, la Cour fédérale refuse d’accorder un sursis à celui que l’on identifie sous le pseudonyme de Karim pour des raisons de sécurité.

Me Stewart Istvanffy a confirmé dans un courriel transmis à La Presse canadienne le refus du tribunal.

Dans une déclaration transmise par le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants, on précise que la décision est tombée à 16h30, mercredi.

Selon l’organisme, l’ultime espoir du Guinéen repose sur une intervention du ministre fédéral de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, ou de son collègue de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

Le ministre Hussen est déjà intervenu une première fois dans le dossier, en 2017, alors qu’il avait annulé une première déportation de Karim et lui avait accordé un permis de séjour temporaire de six mois. Le renouvellement de ce permis de séjour a par la suite été refusé.

Dangers pour la famille entière

À une semaine du festival Fierté Montréal, qui doit débuter le 8 août, plusieurs organismes qui soutiennent Karim y voient un exemple clair de la difficulté qu’ont les gens de la communauté LGBTQ+ à faire respecter leurs droits.

Karim a fui la Guinée pour demander le statut de réfugié au Canada après que sa famille et le parti politique d’opposition au sein duquel il militait eurent découvert sa bisexualité. Marié et père de famille, il vivait en quelque sorte une double vie en cachette.

Il affirme avoir été victime de tortures et de menaces. Sa femme, qui continue de l’appuyer, doit se cacher avec leurs enfants pour échapper aux menaces, selon Meriem Benslimane, de l’organisme Action LGBTQ avec les immigrant(e)s et réfugié(e)s. Elle rappelle que l’homosexualité est criminalisée en Guinée.

En conférence de presse, dimanche dernier, Karim a imploré le gouvernement canadien à l’aider. «Je ne suis pas un criminel. Tout ce que je demande, c’est une protection», a supplié le jeune homme.

Comme sa famille l’a renié, que son parti politique l’a dénoncé et que ses amis l’ont abandonné, il ne voit qu’un seul scénario possible s’il est déporté en Guinée.

«C’est la mort qui m’attend. Rien que ça.»

L’attaché de presse du ministre de l’Immigration a transmis une déclaration par courriel.

«Nous comprenons que les décisions sur les cas d’immigration peuvent avoir un impact profond sur la vie des individus. Nous sommes déterminés à faire en sorte que les personnes renvoyées du Canada ne soient pas envoyées dans un pays où elles seraient en danger ou exposées à la persécution», écrit Mathieu Genest.

Il ajoute que la décision de déporter un individu «n’est pas prise à la légère» et que toute personne «a droit à une procédure bien établie, qui comprend différents niveaux d’appel».

À VOIR AUSSI: Méditerranée: 110 migrants portés disparus, pire drame de 2019.