NOUVELLES
04/12/2019 05:00 EST | Actualisé 04/12/2019 07:15 EST

Délais en santé: les Québécois ouverts aux consultations virtuelles

Ils sont aussi majoritairement en faveur d'une plus grande participation du secteur privé dans le réseau de la santé, selon un sondage.

Caiaimage/Trevor Adeline via Getty Images

Frustrés par les délais jugés déraisonnables dans le réseau de la santé, trois Québécois sur quatre (76%) souhaiteraient que leur employeur leur donne accès à un service de consultations virtuelles, selon un sondage Léger réalisé pour le compte de l’Institut économique de Montréal (IEDM) diffusé mercredi.

Le coup de sonde réalisé dans toutes les provinces canadiennes indique aussi que les Québécois sont les plus ouverts à l’idée de laisser davantage de place au secteur privé dans le réseau de la santé. Un Québécois sur deux (55%) accepterait par exemple de confier la gestion des hôpitaux publics à des entreprises privées.

Toujours selon le sondage Léger, à peine 21% des Québécois estiment que le système de santé traite actuellement les patients dans des délais raisonnables. Le mécontentement n’est toutefois pas exclusif à la province. À l’échelle nationale, le taux de satisfaction ne grimpe qu’à 25%. Les Albertains sont les plus satisfaits de leur système, 32% d’entre eux estimant que les délais sont raisonnables.

Entre avril 2018 et avril 2019, la durée moyenne de séjour dans une salle d’urgence québécoise était de 14 heures 11 minutes. Une augmentation de 30 minutes par rapport à la moyenne des 12 mois précédents et ce malgré une baisse du nombre de visites à l’urgence. 

Une situation dénoncée depuis maintes années par l’IEDM, qui déplore que malgré les sommes de plus en plus importantes investies par les gouvernements canadiens en matière de santé, «les résultats demeurent décevants».

La ministre québécoise de la Santé Danielle McCann fonde beaucoup d’espoir sur son projet de loi 31 pour désengorger les urgences des hôpitaux. La loi, qui devrait être adoptée sous peu, élargira le rôle des pharmaciens en leur permettant de prescrire davantage de traitements et d’administrer des vaccins.

La Coalition avenir Québec a promis de réduire à 90 minutes le temps d’attente pour voir un médecin aux urgences. À l’heure actuelle, ce délai frise 2 heures 30.

À VOIR AUSSI: Ganja yoga: quand asana rime avec marijuana