POLITIQUE
26/06/2020 12:21 EDT | Actualisé 26/06/2020 12:22 EDT

La Croix-Rouge remplacera l'armée dans les CHSLD du Québec

Elle fournira 900 personnes d'ici la fin juillet.

Graham Hughes/La Presse canadienne via AP)
Des bénévoles de la Croix-Rouge avaient prêté main-forte à l'hôpital mobile à l'aréna Jacques Lemaire à LaSalle, le 26 avril dernieir.

OTTAWA — La Croix-Rouge canadienne fournira 900 personnes pour prêter main-forte dans les CHSLD du Québec d’ici la fin du mois de juillet, a annoncé vendredi le premier ministre Justin Trudeau.

Une première tranche de 150 personnes sera déployée d’ici le 6 juillet et 750 autres s’ajouteront d’ici le 29 juillet, a ajouté M. Trudeau. Elles devraient aider jusqu’au 15 septembre, le temps que Québec forme sa cohorte de préposés aux bénéficiaires.

Quelques membres des Forces armées canadiennes en sont encore à stabiliser la situation dans quatre résidences de la province. M. Trudeau a assuré que ces militaires resteront en poste jusqu’à ce que les signaux soient au vert.

Par la suite, les FAC prévoient garder dix équipes militaires, composées d’un infirmier et de six techniciens médicaux chacune. Ces 70 soldats seraient prêts à être déployés en cas d’urgence dans les CHSLD du Québec.

De passage dans une microbrasserie de la région d’Ottawa, M. Trudeau s’est félicité que son gouvernement ait développé ce plan de transition entre les FAC et la Croix-Rouge de concert avec Québec, au cours des dernières semaines.

«Dans l’ensemble, la situation dans les CHSLD s’est grandement améliorée. Les besoins ne sont plus les mêmes qu’il y a deux mois. (...) L’arrivée de la Croix-Rouge va donc permettre à nos Forces armées de retourner à leurs fonctions habituelles et être prêtes à toute éventualité», a déclaré le premier ministre.

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, fera le point aux côtés de la Croix-Rouge canadienne lors d’une conférence de presse à 13h.

Ententes séparées pour le 14 milliards $?

Ottawa n’a pas l’intention d’attendre l’aval de toutes les provinces et de tous les territoires pour commencer à distribuer les 14 milliards $ pour les aider à éponger les coûts de la COVID-19.

Quelques provinces, le Québec en tête, ont exprimé des réserves au sujet des conditions qui seraient imposées en acceptant cet argent.

M. Trudeau dit que les conversations bilatérales se poursuivent avec les provinces et aussitôt que le gouvernement fédéral en viendra à une entente avec l’une d’entre elles, il voudra transférer l’argent le plus rapidement possible.

«On ne va pas attendre jusqu’à ce que la dernière province signe pour aider la première. Je pense que les gens comprennent à quel point c’est important de sortir cet argent pour aider les entreprises, les familles, les personnes vulnérables, les différentes municipalités», a-t-il déclaré.

Nombre de cas

Il y a eu plus de 2 558 000 tests administrés au Canada depuis le début de la pandémie. On fait passer en moyenne 38 000 tests par jour. La maladie a été détectée par environ 1 % de ces tests.

Jusqu’à maintenant, on a recensé 102 733 cas confirmés ou probables dans l’ensemble du pays. La COVID-19 a provoqué la mort de 8507 Canadiens.

Distribution des cas au pays, selon les plus récents bilans provinciaux et territoriaux: 55 079 cas au Québec, dont 5448 décès; 34 316 cas en Ontario, dont 2644 décès; 7851 cas en Alberta, dont 154 décès; 2869 cas en Colombie-Britannique, dont 173 décès; 1061 cas en Nouvelle-Écosse, dont 63 décès; 759 cas en Saskatchewan, dont 13 décès; 316 cas au Manitoba, dont sept décès; 261 cas à Terre-Neuve-et-Labrador, dont trois décès; 165 cas au Nouveau-Brunswick, dont deux décès; 27 cas à l’Île-du-Prince-Édouard, tous guéris; 11 cas au Yukon, tous guéris; cinq cas dans les Territoires-du-Nord-Ouest, tous guéris; aucun cas au Nunavut.

À ces bilans provinciaux et territoriaux s’ajoutent les 13 cas, tous guéris, chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars.