Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

COVID-19: les citoyens invités à financer l'achat de purificateurs d'air pour les écoles

Pour pallier la ventilation vétuste dans les classes, la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais a un plan.
La ventilation vétuste dans les écoles du Québec inquiète dans le contexte de la pandémie de COVID-19.
La ventilation vétuste dans les écoles du Québec inquiète dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Inquiet du rôle que pourrait jouer la ventilation inadéquate dans la propagation de la COVID-19 en milieu scolaire, Jasmin Roy en appelle à la générosité des Québécois pour offrir des purificateurs d’air aux écoles qui en ont besoin.

La Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais a lancé lundi une campagne de financement visant à munir les classes d’appareils portatifs de purification d’air à rayons UV. L’organisme s’est associé à deux entreprises québécoises pour l’occasion: Baulne, une firme d’experts en mécanique du bâtiment, et Sanuvox, qui fabrique les purificateurs d’air.

La semaine dernière, un collectif de médecins et d’experts baptisé STOP-COVID a publié les résultats de «tests secrets» effectués par des enseignants pour mesurer la qualité de l’air dans leurs classes.

Dans trois classes sur quatre, les taux de CO2 dépassaient le niveau acceptable de 700 à 800 ppm, selon le groupe. Dans certaines classes, la ventilation inadéquate a même mené à des taux de plus de 2100 ppm.

L’appareil Biopür, que souhaite se procurer la Fondation, est conçu et assemblé au Québec par Sanuvox. Il «peut réduire la propagation des contaminants, tels que les virus, à l’intérieur des bâtiments», affirme Jocelyn Dame, président de l’entreprise, tout en précisant que le purificateur ne doit pas remplacer les autres mesures d’hygiène.

Chaque classe a besoin de deux appareils, au coût de 500$ chacun. Pour chaque 10 classes équipées par la Fondation, Baulne et Sanuvox en équiperont une gracieusement.

Une situation qui inquiète

En entrevue avec le HuffPost Québec, Jasmin Roy a expliqué que la ventilation vétuste des écoles était l’une des préoccupations soulevées la semaine dernière dans un colloque-bilan sur la rentrée scolaire en contexte de pandémie organisé par la Fondation.

«Les enseignants sont très anxieux et ont peur [que la mauvaise ventilation contribue à la propagation de la COVID-19]», résume-t-il.

Lors du colloque, plusieurs experts ont souligné les impacts négatifs de l’éducation à distance pour les élèves, dont la perte de motivation et un retard dans les apprentissages. «Il faut vraiment s’assurer qu’ils restent le plus à l’école possible», martèle M. Roy, espérant que l’initiative contribuera au sentiment de sécurité des enseignants et des élèves en classe.

«Moi je fais ma part, après ça qu’ils fassent la leur.»

- Jasmin Roy aux élus

En date de vendredi, un total de 1029 classes étaient fermées en raison d’éclosions de COVID-19 à travers la province.

«Engagement citoyen»

Questionné à savoir si la lenteur du gouvernement du Québec à reconnaître et à adresser le rôle de la ventilation vétuste des écoles dans la propagation du coronavirus le fâche, Jasmin Roy demeure philosophe.

«À l’heure actuelle, je pense que le gouvernement ne pourra pas répondre à tous les besoins», dit-il. «Il va falloir qu’il y ait une part qui vienne des citoyens. Donc c’est mon engagement citoyen.»

Selon lui, si la Fondation du Grand défi Pierre Lavoie donne des équipements sportifs aux écoles, il n’y a rien d’incongru à ce que sa fondation offre des purificateurs d’air.

Ce qui ne signifie pas que les élus peuvent se dédouaner de la responsabilité de faire des écoles des milieux de vie sains. «Moi je fais ma part, après ça qu’ils fassent la leur», conclut Jasmin Roy.

Les dons peuvent être faits directement sur le site de la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais ou par l’entremise d’une page GoFundMe spécifiquement créée pour cette campagne. La Fondation espère recueillir au moins 150 000$, qui permettraient d’équiper 150 classes de purificateurs d’air. Lundi matin, à peine quelques heures après le lancement de la campagne, Jasmin Roy affirmait avoir déjà recueilli près de 40 000$.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.