Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

COVID-19: où en est la vaccination au Québec, 3 semaines plus tard?

Au total, 32 763 doses de vaccin avaient été administrées en date de mardi, soit environ le tiers des doses livrées dans la province.
Au total, 32 763 doses de vaccin avaient été administrées en date de mardi, soit environ le tiers des doses livrées dans la province. (photo d'archive)
Au total, 32 763 doses de vaccin avaient été administrées en date de mardi, soit environ le tiers des doses livrées dans la province. (photo d'archive)

MONTRÉAL — La vaccination contre la COVID-19 a débuté au Québec le 14 décembre dernier. Depuis, trois semaines se sont écoulées et une importante règle a changé: où est donc rendue la vaccination dans la province?

Le coup de départ de l’inoculation a retenti dans la grande majorité des régions du Québec et la récente décision du gouvernement d’utiliser pour d’autres personnes les deuxièmes doses mises de côté permet depuis le 1er janvier de vacciner encore plus de personnel soignant.

Après les premières personnes inoculées à Québec et Montréal le 14 décembre, la campagne de vaccination a démarré dans les autres régions, à différentes dates. Seules les régions nordiques — Le Nord-du-Québec, le Nunavik et Terres-Cries-de-la-Baie-James — n’ont pas encore eu leur premier vacciné.

Au total, 32 763 doses de vaccin avaient été administrées en date de mardi, soit environ le tiers des doses livrées dans la province.

Pour l’instant, le Québec a entre ses mains 87 500 doses, soit 55 000 doses du vaccin de Pfizer-BioNTech et 32 500 du vaccin de Moderna. D’autres livraisons sont prévues dans les prochaines semaines, répète le gouvernement de François Legault.

Le rythme actuel de vaccination est le suivant: lundi, 2529 doses ont été administrées et la journée la plus productive a été le 30 décembre, alors que 3942 aiguilles ont été introduites dans des bras québécois.

Jusqu’à maintenant, les doses ont servi à vacciner ceux qui se trouvent dans les deux premières catégories prioritaires identifiées par le gouvernement: les résidants des CHSLD et ceux des ressources intermédiaires et de type familial (RI et RTF), ainsi que les travailleurs de la santé en contact avec des patients.

Il était prévu qu’ils reçoivent deux doses, à un minimum de 21 jours d’intervalle pour le vaccin de Pfizer-BioNTech, contre 28 jours minimum pour celui de Moderna.

La libération des deuxièmes doses (réservées à l’origine pour ceux qui avaient reçu la première et qui patientaient pour quelques semaines dans le congélateur) a permis à plusieurs régions de vacciner encore plus de travailleurs de la santé. Cette décision a été rendue publique le 31 décembre, après un avis de l’INSPQ (Institut national de santé publique du Québec), afin de maximiser l’inoculation. Le Royaume-Uni a récemment adopté la même stratégie que le Québec en utilisant toutes ses doses, sans plus attendre.

L’effet du changement

Les régions du Québec se sont rapidement adaptées à ce revirement.

Par exemple, les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont commencé ce mardi à utiliser les deuxièmes doses qui avaient été mises de côté.

À Montréal, le CIUSSS du Centre-Sud, par exemple, en a profité pour commencer à vacciner dans son secteur les travailleurs des centres hospitaliers et des sites d’hébergement des usagers positifs à la COVID-19.

Sur la Côte-Nord, la vaccination a débuté à Sept-Îles dans les CHSLD et au sein de l’hôpital de la ville. En libérant les deuxièmes doses, là aussi la vaccination de plus de personnel soignant a été déclenchée, aussi offerte à certains proches aidants. Et la vaccination à Baie-Comeau va débuter cette semaine, a indiqué mardi le CISSS de la Côte-Nord.

En Abitibi-Témiscamingue, encore plus de travailleurs de la santé seront vaccinés cette semaine, et même des résidants des résidences privées pour aînés (RPA), a-t-on confirmé mardi.

Quant aux Québécois se trouvant dans les autres catégories, ils doivent patienter: aucune date n’est encore prévue pour le début de ces étapes de vaccination, qui dépendent en partie des livraisons de vaccins.

Le nombre exact de doses qui seront livrées au Québec d’ici au 31 mars 2021 est inconnu, mais il pourrait vraisemblablement se situer autour de 1,3 million, selon les responsables de la vaccination. Ils ajoutent que les plus grands volumes de doses de vaccin devraient arriver entre avril et juin.

L’Agence de la santé publique du Canada prévoit toutefois obtenir assez de doses de vaccin contre la COVID-19 pour vacciner tous les Canadiens qui le souhaiteront d’ici la fin du mois de septembre 2021.

Au palmarès des provinces qui ont administré la plus grande proportion de leurs doses de vaccin reçues, le Québec arrive en troisième place (il a administré 37 % de ses doses reçues dans la province), derrière l’Alberta (49 %) et la Colombie-Britannique (47 %), selon les données de l’outil COVID-19 Tracker Canada, une initiative d’un étudiant de l’Université de la Saskatchewan, Noah Little.

Au Québec, le vaccin contre la COVID‑19 sera gratuit pour toutes les personnes qui voudront le recevoir, et distribué par le Programme québécois d’immunisation. Il ne sera pas possible de se procurer des doses sur le marché privé, prévient le gouvernement du Québec.

VRAI OU FAUX? Ce qu’il faut savoir de la COVID-19:

VRAI OU FAUX? Ce qu'il faut savoir de la COVID-19

À VOIR AUSSI: Pas de 1000 $ pour les voyageurs, assure Trudeau

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.