Les parents plus enclins à faire vacciner leurs enfants contre la grippe

La pandémie risque de donner un coup de pouce au programme de vaccination contre l'influenza.
Un peu plus de la moitié des parents sondés prévoient faire vacciner leur enfant contre l'influenza cet automne.
Un peu plus de la moitié des parents sondés prévoient faire vacciner leur enfant contre l'influenza cet automne.

La pandémie de COVID-19 pourrait motiver davantage de parents à faire vacciner leurs enfants contre la grippe saisonnière, laisse entendre une nouvelle étude de l’Université de la Colombie-Britannique.

Publiée la semaine dernière dans le Journal of Pediatrics, l’étude a sondé 3000 familles au Canada, aux États-Unis, au Japon, en Israël, en Espagne et en Suisse.

Les chercheurs ont constaté que 54% des répondants prévoyaient de faire vacciner leurs enfants, soit 16 points de pourcentage de plus que l’année précédente.

Selon l’étude, les parents sont plus susceptibles de faire vacciner leurs enfants contre la grippe s’ils pensent que ceux-ci courent le risque d’attraper la COVID-19 et s’ils sont à jour dans leur calendrier de vaccination.

L’autrice principale de l’étude, le Dr Ran Goldman, note que les responsables de la santé publique du monde entier sont préoccupés une deuxième vague de COVID-19 qui coïnciderait à la saison de la grippe.

Dans une entrevue téléphonique à La Presse Canadienne, le Dr Goldman affirme que la vaccination des enfants sera «essentielle» pour protéger la population contre les deux infections.

Il dit que son équipe était «très encouragée» par les résultats de l’étude, même si elle aimerait quand même voir une proportion légèrement plus élevée de parents prêts à faire vacciner leurs enfants contre la grippe.

Ran Goldman a déclaré que le seuil magique pour qu’un vaccin soit hautement efficace est d’environ 70%.

Bien qu’il pense que cet objectif peut être atteint, il a souligné que les médias et la communauté scientifique devront travailler plus fort pour aider à dissiper les mythes et la désinformation sur l’utilisation des vaccins.

«La vaccination est la plus grande réussite de santé publique au monde, a déclaré Goldman, soulignant l’impact des vaccins sur les taux de mortalité mondiaux au cours du siècle dernier. Si nous atteignons 70 à 80 pour cent de la population - pas même 100 pour cent - je serai vraiment ravi.»