POLITIQUE
27/03/2020 08:30 EDT | Actualisé 27/03/2020 11:21 EDT

Le gouvernement ferme les bureaux de Service Canada en raison de la COVID-19

Bien que la majorité des demandes se font par Internet, des dispositions seront prises pour celles qui ont besoin de services en personne.

Paul Chiasson/La Presse canadienne
Depuis le début de la crise, l'achalandage a fortement augmenté au bureau de Service Canada de Montréal.

OTTAWA — Le gouvernement fédéral ferme le réseau des centres Service Canada en raison des préoccupations liées à la COVID-19.

Certains bureaux avaient déjà commencé à fermer à travers le pays alors que le nombre de cas augmentait et que des employés étaient demandés ailleurs au gouvernement ou se sentaient mal à l’aise à se présenter au travail en raison de la pandémie.

Les libéraux estiment que cette décision, annoncée tard jeudi soir, touchera une minorité de chômeurs étant donné que la majorité des demandes de prestations d’assurance-emploi sont faites sur Internet.

Le ministre responsable de Service Canada a affirmé que les fonctionnaires prendront d’autres dispositions pour ceux qui ont besoin de services en personne.

Dans un communiqué, le ministre du Développement social, Ahmed Hussen, a déclaré que la prestation de services du gouvernement devrait refléter le fait que les Canadiens doivent rester chez eux pour des raisons de santé publique.

Les syndicats représentant les employés de ces centres, qui avaient exhorté le gouvernement à mieux protéger le personnel de première ligne, n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

“Une aberration”, selon les chômeurs

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) dénonce la décision du fédéral de fermer les quelque 600 bureaux de Service Canada au pays.

Le porte-parole du CNC, Pierre Céré, estime ni plus ni moins qu’il s’agit d’une “aberration”.

À son avis, Service Canada constitue un service essentiel pour des centaines de milliers de citoyens qui ont besoin d’information et d’aide en personne pour remplir leurs demandes d’assurance-emploi.

Passer par les lignes téléphoniques ou les services web “relève la plupart du temps d’un véritable parcours du combattant”, souligne M. Céré.

 

L’Alliance de la Fonction publique du Canada a précisé vendredi matin que les personnes qui auront besoin de rencontrer quelqu’un pourront obtenir un rendez-vous “dans un lieu sécuritaire”.