NOUVELLES
23/10/2020 15:55 EDT | Actualisé 23/10/2020 16:00 EDT

COVID-19: la région de Québec au bord du point de rupture

«L'heure est grave», a lancé la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, tout en déplorant la «désinvolture» de plusieurs.

QUÉBEC — Le réseau de santé de la grande région de la capitale nationale est au bord de la rupture de services.

Si la population ne se ressaisit pas et n’observe pas les consignes sanitaires à la lettre, le réseau devra procéder à du délestage et reporter des chirurgies, a prévenu la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, vendredi.

La vice-première ministre, qui est aussi responsable de la région de Québec, a adopté un ton très alarmiste, en conférence de presse, pour supplier la population locale d’observer les consignes, en réduisant les contacts interpersonnels et en misant sur le télétravail, pour espérer freiner la propagation du virus de la COVID-19, qui fait de plus en plus de ravages.

Mais ce discours dramatique n’a été accompagné d’aucune nouvelle mesure contraignante. Mme Guilbault a indiqué que l’important consistait à convaincre les gens d’observer les mesures existantes.

La région de la capitale, rive-nord et rive-sud, est devenue l’épicentre de la pandémie au Québec, rapportant de 150 à 200 nouveaux cas d’infections chaque jour, un seuil que le réseau ne pourra supporter bien longtemps, a-t-elle insisté.

Elle a déploré la «désinvolture» de la population, jugeant nécessaire de lancer un «wake-up call» destiné à convaincre les gens de changer leur comportement au plus tôt.

Entourée du maire de Québec, Régis Labeaume, et du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, la ministre Guilbault a insisté lourdement pour dire que le risque de rupture de services dans le réseau était bien réel à court terme et qu’il fallait tout mettre en oeuvre pour l’éviter.

Questionnée à savoir si, dans ce contexte, la région devait s’attendre a être complètement confinée, elle a dit que ce n’était pas là un scénario envisagé pour l’instant.

«L’heure est grave», a-t-elle dit, prônant l’«urgence» de prendre au sérieux les consignes sanitaires.

La région a atteint «un point de bascule», a renchéri le maire Labeaume, en qualifiant le contexte actuel de «dangereux».