COVID-19: les recherches «attaque de panique» ont atteint un niveau record

Voici comment savoir si vous en avez fait l'expérience – et quoi faire maintenant.

La pandémie de COVID-19 a fait monter l’anxiété en flèche, si l’on se fie aux recherches effectuées sur Internet depuis quelques mois. Les crises de panique consistent en une exagération du corps qui entre en mode «combat ou fuite» – lorsqu’une personne essaie d’inhaler plus d’oxygène, sa respiration s’accélère et son corps libère des hormones comme l’adrénaline, qui peuvent faire battre le cœur plus vite et se tendre les muscles.

Une nouvelle étude, publiée dans JAMA Internal Medicine constate un nombre record de potentielles crises de panique et d’anxiété, sur la base de recherches Google. Les chercheurs ont analysé les recherches mentionnant «attaque de panique» ou «crise d’angoisse» localisées aux États-Unis, entre janvier 2004 et mai 2020.

Celles-ci comprenaient des questions telles que «est-ce que j’ai une crise de panique?», «signes de crise d’anxiété» ou «symptômes de crise d’anxiété». Après que le président Donald Trump eut déclaré pour la première fois une urgence nationale aux États-Unis le 13 mars de cette année, l’équipe a découvert que les recherches liées à l’anxiété avaient atteint des niveaux records.

Benjamin Althouse, scientifique principal à l’Institute for Disease Modeling, qui a participé à l’étude, affirme que «les recherches à propos de l’anxiété et des crises de panique ont été les plus élevées jamais enregistrées en plus de 16 ans de données de recherche historiques.»

Les recherches ont eu tendance à atteindre leur apogée lorsque les directives nationales ont été déployées aux États-Unis, a constaté l’équipe. La plus forte augmentation des requêtes s’est produite entre le 16 mars et le 14 avril, coïncidant avec le déploiement des directives nationales de distanciation sociale.

Cela semble également se produire dans le monde entier: les recherches sur Google localisées au Royaume-Uni suggèrent une tendance similaire, avec des recherches sur les «attaques de panique» et les «symptômes de crise d’anxiété» atteignant un sommet en mars et avril respectivement, selon le HuffPost UK.

Le psychothérapeute et auteur Joshua Fletcher explique au HuffPost UK qu’il a constaté une augmentation des demandes de clients liées à l’anxiété des suites de la COVID-19.

Le nombre de patients qui lui ont été référés a eu tendance à augmenter lorsque les mesures de confinement ont été levées, plutôt qu’appliquées, dit-il. Cela, pense-t-il, est dû au fait que pendant le confinement initial, nos vies étaient assez simples, mais à mesure que les règles sont devenues plus floues et un peu plus déroutantes, les gens sont devenus plus anxieux car «ils n’avaient pas de directives rigides sur lesquelles se rabattre».

Au cours d’une semaine typique avant le confinement, il recevait environ cinq à dix demandes de renseignements, mais en avril et en mai, ce chiffre est passé de 30 à 40 par semaine. Les requêtes ne sont pas nécessairement liées au virus lui-même, dit Fletcher, mais plutôt aux changements auxquels les gens doivent faire face dans leur vie personnelle pour s’en accommoder.

Il utilise la métaphore d’une «cruche de stress»: «Chaque fois que l’on subit du stress, il se déverse dans la cruche – on parle d’argent, du travail, des échéanciers, des problèmes relationnels, des expériences passées, du chagrin, des dettes, du manque de sommeil, du fait de ne pas manger correctement.»

Les gens subissent des crises de panique lorsque cette cruche de stress déborde, dit-il, parce que le cerveau interprète mal tout le stress et pense que vous êtes en danger. Votre corps entre en mode «combat ou fuite» – et l’adrénaline entre en jeu. Avec le virus et le confinement qui lui a succédé, «les cruches de tant de gens ont été remplies», dit-il.

Comment savoir si vous avez eu une crise de panique

Il existe divers symptômes physiques et mentaux d’une crise de panique.

Fletcher parle de trois éléments clés: tout d’abord, il y a le sentiment de «terreur venue de nulle part», dit-il. Tout à coup, vous avez peur sans raison réelle et vous pouvez ressentir une terreur écrasante, comme si quelque chose de terrible était sur le point de se produire.

Ensuite, il y a la sensation – vous ne pouvez pas reprendre votre souffle. Vous avez l’impression que tout est irréel autour de vous et vous vous sentez détachés de vous-même. Vous pouvez également avoir des douleurs à la poitrine, votre vision s’arrête, vous transpirez et avez une envie irrésistible de vous enfuir.

Une crise de panique est également identifiable par les pensées qui l’accompagnent. «Vous avez un flot de “et si” qui vous assaille, dit Fletcher. Celles-ci pourraient être: “Et si j’étais sur le point de mourir? Et si j’étais sur le point de m’évanouir? Et si j’étais sur le point d’avoir une crise cardiaque?”»

La plupart des crises de panique durent entre cinq et 20 minutes, mais certaines auraient duré jusqu’à une heure.

Si vous vivez des crises de panique, cela peut vous aider à vous calmer d’identifier les choses qui vous stressent actuellement. Si vous avez des crises répétées, la thérapie verbale (comme la thérapie cognitivo-comportementale) et la médication sont les principaux traitements.

Fletcher exhorte les personnes qui se sentent paniquées plus souvent qu’à l’occasion à demander de l’aide, car cela pourrait être un signe de trouble panique. Vous devriez d’abord appeler votre médecin principal, mais les professionnels de la santé mentale peuvent également vous aider. Cela pourrait également vous aider de consulter un thérapeute privé spécialisé.

Certaines personnes sujettes aux crises de panique ont déjà expliqué au HuffPost comment les techniques de respiration les avaient aidées, en particulier celles sujettes à l’hyperventilation. Fletcher, qui a lui-même souffert du trouble panique, n’utilise pas de techniques comme les exercices de respiration car «lorsque vous utilisez une technique, vous dites au cerveau anxieux qu’il n’est pas normal d’être anxieux», dit-il.

La chose importante à faire, dit Fletcher, est de se souvenir que «ce sentiment passera toujours».

«Rappelez-vous avec compassion qu’il est normal d’être anxieux», conseille-t-il.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Royaume-Uni a été traduit de l’anglais.

Êtes-vous dans une situation de crise? Besoin d’aide? Si vous êtes au Canada, trouvez des références web et des lignes téléphoniques ouvertes 24h par jour dans votre province en cliquant: ICI.