La COVID-19 ne semble pas menacer particulièrement les femmes enceintes

Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des États-Unis indique en ligne que le virus n'a été détecté chez aucun bébé né d'une femme qui en était infectée.
ç
ç

MONTRÉAL — L’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) qui déferle sur la planète ne semble pas poser de risque particulier pour les femmes enceintes, a assuré une experte consultée par La Presse canadienne.

«Jusqu’à maintenant, les femmes enceintes ne semblent pas un groupe particulièrement à risque de complications», a dit la docteure Caroline Quach-Thanh, qui est responsable de l’unité de prévention et contrôle des infections au CHU Sainte-Justine.

La Société canadienne d’obstétrique et de gynécologie est à élaborer ses lignes directrices dans ce dossier, ajoute-t-elle, «mais il ne semble pas y avoir d’impact sur le foetus».

«Il ne semble pas non plus y avoir de transmission verticale, a dit la docteure Quach. Donc, si la maman est infectée, le bébé n’est pas infecté à la naissance.»

Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des États-Unis indique en ligne que le virus n’a été détecté chez aucun bébé né d’une femme qui en était infectée. Le virus n’a pas non plus été détecté dans le liquide amniotique ou dans le lait maternel.

Une mère infectée par la COVID-19 pourrait la transmettre à son bébé après la naissance, mais contrairement à des infections comme le Zika ou même la grippe pandémique de 2009 — la H1N1 — «ça ne semble pas être une condition qui touche les femmes enceintes autrement que la population générale».

«Pas selon les données que nous avons jusqu’à ce jour», a précisé la docteure Quach.

Le CDC prévient que «les changements subis par le corps de la femme enceinte peuvent augmenter le risque de certaines infections. Avec des virus de la même famille que la COVID-19, comme l’influenza, des femmes ont été plus à risque de développer une forme grave de la maladie».

Le CDC reconnaît toutefois «qu’on ne sait pas actuellement» si les femmes enceintes sont plus à risque d’être infectées par la COVID-19 que le grand public, ou si elles sont plus susceptibles d’être gravement malades.

À voir aussi