POLITIQUE
13/10/2020 13:19 EDT | Actualisé 13/10/2020 16:48 EDT

COVID-19: d'autres régions du Québec passent au rouge

François Legault a toutefois souligné que la situation «semble s'être stabilisée» au cours des derniers jours.

Ryan Remiorz/La Presse canadienne

La carte du Québec continue de se colorer de rouge, alors que les régions de la Montérégie, du Centre-du-Québec et de la Capitale-Nationale, incluant Charlevoix, passent au palier d’alerte maximale. Le Saguenay—Lac-Saint-Jean passe également à l’orange, a annoncé le premier ministre François Legault lors d’une conférence de presse à Montréal, mardi.

Il affirme néanmoins que la situation de la COVID-19 «semble s’être stabilisée» au cours des derniers jours, alors que la province rapportait mardi 815 nouveaux cas.

Le premier ministre a réitéré sa mise en garde contre les rassemblements intérieurs, alors que les données scientifiques semblent indiquer que la contamination aérienne est plus fréquente qu’on le pensait préalablement.

«Il faut être prudent, surtout dans des lieux qui sont petits, même à deux mètres», a-t-il averti.

Affirmant que les Québécois doivent être préparés à faire des sacrifices pendant encore «plusieurs mois» en raison du coronavirus, le premier ministre a encore une fois invité la population à télécharger l’application Alerte COVID.

À 10 semaines de Noël, le premier ministre a toutefois refusé de prévoir quel genre de restrictions seront en place pendant le temps des Fêtes.

«Il est trop tôt pour parler de Noël. Mais ce qu’on voit partout dans le monde pour le moment, c’est qu’il faut éviter les grands rassemblements intérieurs dans des lieux plus petits», a-t-il dit.

Voyez la conférence de presse ci-dessous:

 

Questionné sur la décision de ne pas réduire la taille des classes comme le lui avait recommandé l’Institut national de santé publique (INSPQ), François Legault a répondu que certaines recommandations «sont faciles à faire, mais à peu près impossibles à appliquer».

«Si demain matin on réduit de moitié le ratio dans les classes, on a besoin de deux fois plus d’enseignants» a-t-il rappelé. «J’aimerais ça qu’ils nous disent où on les prend.»

Distinguant l’INSPQ de la Direction nationale de santé publique, M. Legault a assuré avoir respecté toutes les recommandations formulées par cette dernière.

Nombre d’élèves par classe

Par ailleurs, le premier ministre a réitéré l’opinion émise par le ministère de l’Éducation selon laquelle il estimait avoir suivi la consigne de la Santé publique en ne diminuant pas le nombre de jeunes par classe, en 4e et 5e années du secondaire.

Radio-Canada avait révélé que l’Institut national de santé publique _ et non la Direction de la santé publique _ avait conseillé de réduire la taille des classes, en 4e et 5e années du secondaire, afin de réduire les risques de contacts entre les élèves. Québec a appliqué la règle de la présence en classe un jour sur deux pour ces niveaux d’étude, sans réduire la taille des classes.

Interrogé à ce sujet, le premier ministre Legault a d’abord distingué l’INSPQ de la Direction de la santé publique, en réitérant qu’il avait “suivi les recommandations de la Santé publique”. Il a ajouté que diminuer en plus le nombre des classes aurait nécessité davantage d’enseignants et davantage de locaux.

“Il y a des recommandations qui sont faciles à faire, mais à peu près impossibles à appliquer. Si demain matin, on réduit la taille des classes de moitié, ça nous prend deux fois plus de classes, deux fois plus d’enseignants. J’aimerais ça qu’ils nous disent où on les prend”, a répliqué le premier ministre Legault.

Préposés

Sur la question des nouveaux préposés aux bénéficiaires en Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), le ministre Dubé a répété que “le défi de 10 000, il est là et on va le réaliser”, bien que le nombre souhaité n’ait pas encore été atteint.

À l’heure actuelle, “on est juste un petit peu en bas de 7000, parce qu’il y a eu des ajustements, mais ça a fait tellement un bon baume dans le réseau”. Le ministre Dubé y voit donc “un très grand succès pour notre réseau”.

À ces 7000, il faut ajouter “un peu plus de 1500 qui sont en formation en ce moment”, soit la deuxième cohorte qui suit une formation accélérée pour devenir préposé en CHSLD.

Le premier ministre Legault a réitéré sa volonté de leur verser un salaire annuel de 49 000 $ à temps complet. Il a convenu que pour le moment, une partie du salaire versé provient d’une prime COVID. Il a rappelé, encore une fois, que les négociations sur leur rémunération se poursuivent avec les organisations syndicales représentant les préposés aux bénéficiaires, soit la CSN et la FTQ.

Avec La Presse canadienne

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!